Mamadou Kana Baldé, l’officier de l’Etat civil délégué de la commune de Dixinn

A l’approche du mois saint de Ramadan, l’on assiste une à hausse exponentielle du nombre de mariages en Guinée. Les états civils sont pris d’assaut par des dizaines de milliers de couples qui veulent légaliser leur union. Pour cette année, le mois d’avril a encore battu tous les records à Conakry en termes de mariages célébrés devant les officiers d’état civil, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Il n’est un secret pour personne que le taux de mariages célébré dans les mairies grimpe à l’approche du mois de Ramadan chez les musulmans. Dans la commune de Dixinn, l’une des cinq que compte Conakry, plus de cent soixante cinq mariages ont été célébrés rien que pour le mois d’avril, apprend-on.

Selon Mamadou Kana Baldé, l’officier de l’Etat civil délégué de la commune de Dixinn, « cette année, seulement pour le mois d’avril, nous avons fait plus de 165 mariages. Ça, c’est à deux ou à trois semaines de l’arrivée du mois de Ramadan. Comparativement à l’année dernière, il y a eu hausse à des endroits pour la période et quelque part aussi il y a eu baisse. A travers les statistiques que nous avons ici, c’est à peu près le même engouement. Mais, seulement je voudrais dire que par rapport un peu à l’année dernière, ce n’est qu’au mois de janvier, février et mars il y a eu baisse. C’est seulement à partir de la fin du mois d’avril qu’il y a eu hausse au niveau de l’enregistrement des mariages au niveau de la commune de Dixinn ».

Poursuivant, l’officier de l’Etat Civil délégué de Dixinn justifie cette forte affluence par le fait que « nous sommes dans un pays laïc, où il y a des musulmans et des chrétiens. Mais, comme les musulmans sont majoritaires, le plus souvent c’est seulement à l’approche du mois de Ramadan que les gens viennent pour célébrer le mariage. Cependant, quand vous prenez aussi les mois de novembre et décembre de chaque année, les chrétiens aussi viennent se mettre à jour. Donc, ce sont des périodes non seulement pour les chrétiens mais aussi pour les musulmans », a expliqué monsieur Baldé.

Les officiers d’Etat civil rencontrent de nombreuses difficultés pendant la célébration de ces mariages, notamment à cause de la forte demande. Selon Mamadou Kana Baldé, « la loi est claire. On dit que le jour du mariage est choisi par les futurs époux et l’heure est fixée par l’officier d’Etat civil. D’une manière générale, nous sommes là de 09 heures à 17 heures et 18 heures, surtout les week-ends. Quand on dit à un couple par exemple, vous êtes programmés à 14 heures, ils ne viennent qu’à 15 heures, 16 heures. Et ceux qui sont programmés pour 15 heures, viendront en retard, parce qu’il y a eu décalage. Le plus souvent entre 15 heures 30 et 16 heures 30, tout le monde est là et chacun va dire qu’il faut l’aider. Alors qu’on a obligation, en célébrant le mariage, de livrer quelques articles liés au mariage. Mais le plus souvent, il y a certains qui écoutent et d’autres qui n’écoutent pas, parce que c’est l’affaire d’ambiance. Un autre problème que j’ai rencontré cette année à Dixinn, c’est lorsque j’ai reçu un dossier d’une fille de 17 ans. Immédiatement, on a saisi le dossier, on l’a bloqué et on leur a dit qu’on ne peut pas faire ce mariage et que c’est seulement l’année prochaine, lorsque la fille aura 18 ans, qu’on va le faire », a-t-il révélé.

En outre, Mamadou Kana Baldé n’a pas occulté le comportement de certains hommes en uniformes qui viennent souvent leur mettre la pression. L’officier d’Etat civil a dit avoir toujours fait preuve de pédagogie avec les hommes en uniforme pour les persuader de respecter l’ordre d’arrivée à la mairie.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin