Les acteurs politiques, regroupés au sein de la Convergence de l’Opposition Démocratique (COD), émettent des doutes sur la tenue des élections législatives en Guinée. A l’issue d’une rencontre qu’ils ont organisé ce mardi, 14 mai 2019, Dr Ousmane Kaba et Cie ont énuméré un certain nombre de défis qui pourraient empêcher la tenue du scrutin dans un avenir proche, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dr Ousmane Kaba

Même si aucune date officielle n’a été fixée par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), les opposants au régime d’Alpha Condé, réunis au sein de la COD, ont dit leur scepticisme quant à l’organisation des législatives alors que le mandat des députés a expiré depuis quelques mois. C’est Dr Ousmane Kaba, président du Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES), qui en a fait l’annonce ce mardi. Selon cet ancien membre du RPG Arc-en-ciel, plusieurs raisons expliquent cet état de fait.

Parmi les difficultés citées par le président du PADES, il y a le financement de ces élections et l’audit du fichier électoral tel que recommandé par les experts. « Le financement de la CENI est une contrainte majeure. Bien que ça soit prévu dans le budget, la CENI n’arrive pas à avoir des décaissements à temps. Donc, ça risque de compromettre le calendrier qui a été suggéré. Ensuite, nous avons le problème du fichier. Vous savez qu’il y a eu l’audit du fichier électoral et qu’il y a eu des recommandations. J’attire déjà l’attention que la révision du fichier concerne non seulement les fictifs ; mais aussi, la masse des gens qui arrivent à maturité en 2020. C’est des millions de jeunes qui constituent des électeurs très importants et sur les quels nous pouvons compter. Donc, il faut les mettre dans le fichier », a dit Dr Ousmane Kaba.

Saisissant cette occasion, l’ancien député a encore lancé des piques contre le chef de l’Etat, Alpha Condé, qui laisse planer le doute sur ses intentions de proposer aux guinéens une nouvelle Constitution. « Au niveau de la Convergence de l’Opposition Démocratique et du Front National pour la Défense de la Constitution, on est contre cette nouvelle Constitution. Quand on connait le droit, le problème n’est pas d’avoir une nouvelle Constitution, c’est simplement savoir quand est-ce qu’il faut soulever la question. Ce n’est pas à la fin de son mandat. Et deuxièmement, pourquoi on le fait ? Et ce que ce n’est pas pour maintenir la même personne au pouvoir ? La Guinée n’aspire pas avoir une présidence à vie », a lancé le président du PADES.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin