Les femmes de Fria qui réclament le départ de leur préfet ne manquent visiblement pas de détermination. Comme elles l’ont promis, les manifestantes campent toujours dans la cour de la préfecture où elles ont fait la rupture du jeûne et passé la nuit dernière, rapporte un envoyé spécial de Guineematin.com à Fria.

Depuis hier, lundi 13 mai 2019, le travail est arrêté à la préfecture de Fria. Les bureaux sont fermés et la cour est occupée par de nombreuses femmes de la ville qui exigent le départ de leur préfet, Hadja Gnalén Condé. Les manifestantes détiennent des pancartes sur lesquelles sont écrits des slogans comme : « Préfet Zéro », « A bas Gnalen Condé », « On veut ton départ ». Elles reprochent un certain nombre de choses à leur préfet. « Nous sommes là depuis 06 heures du matin pour une cause bien déterminée : c’est le départ de notre préfet Gnalen Condé. On en a marre d’elle maintenant.

Premièrement, depuis la reprise de l’usine Friguia, on avait dit que les enfants de Fria seraient prioritaires dans le recrutement. Mais nos enfants n’ont pas bénéficié de cette usine, il n’y a que des étrangers qui sont là en train de travailler dans l’usine. Ensuite, on a appris que le président Alpha Condé avait donné des frigos aux femmes de Fria. Elle a fait de ces frigos une propriété privée. Elle les a donnés à des femmes qui vendaient pour elle. Et maintenant on apprend qu’elle a revendu ces frigos.

La troisième raison, c’est que nous avons voyagé avec elle (madame le préfet) à Kindia pour la réception du professeur Alpha Condé. Le transport s’élevait normalement à 400 mille francs guinéens mais elle n’a donné que seulement 50 mille à chaque femme. Donc nous voulons qu’elle nous restitue les 350.000 restants parce que c’est notre droit absolu », a expliqué M’Mah Camara, une des manifestantes.

Même le Ramadan n’a rien enlevé de la détermination de ces dames. Elles ont passé toute la journée d’hier dans la cour de la préfecture, y ont fait la rupture du jeûne et ont même passé la nuit sur place. Les manifestantes promettent de camper sur les lieux jusqu’au départ de Gnalén Condé et la nomination d’un nouveau préfet à Fria.

A suivre !

De Fria, Siba Guilavogui, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin