La grève générale et illimitée, déclenchée par la Chambre Nationale des Huissiers de Justice de Guinée (CNHJG), a été largement suivie à N’zérékoré ce mardi, 14 mai 2019. Les huissiers ont procédé à la fermeture de leurs cabinets à partir de 10 heures pour exprimer leur colère face à la situation qu’ils vivent depuis quelques temps, rapporte le correspondant de Guineematin.cm basé dans la préfecture.

C’est à partir de 10 heures que les huissiers de justice, par des affiches, ont décidé de fermer leurs cabinets en guise de solidarité avec la grève déclenchée par la Chambre Nationale des Huissiers de Justice de Guinée

Me Célestin Gnabalamou

Selon maître Célestin Gnabalamou, huissier de justice près le Tribunal de N’zérékoré, cette grève vise à dénoncer les difficultés que rencontrent les huissiers dans l’exécution des décisions de justice. « Depuis plusieurs années, on a des difficultés dans l’exécution des décisions de justice d’une part et aussi dans notre statut. Dans l’exécution des décisions de justice, nous avons des difficultés par rapport au problème de réquisitions. Vous savez, lorsqu’une décision est rendue, elle est revêtue de la forme réquisitoire. Ça vaut réquisitions du ministère public, mais il était exigé à ce que nous ayons des réquisitions avant de saisir la force publique. Donc, quand vous allez à la police ou à la gendarmerie, on vous demande l’écrit du Procureur qui pourrait permettre à la force publique de nous assister. Mais depuis 2014, les parquets ne signent plus les réquisitions en première instance. Vous allez à la justice de paix, le juge dit non, on me dit de se méfier de la réquisition. Et temps que les réquisitions ne sont pas signées, on ne pouvait pas procéder à des exclusions forcées et si l’huissier n’achève pas son exclusion, il s’est arrêté à mi-chemin. Donc, pour avoir notre indépendance et la signature de notre statut, nous avons décidé de partir en grève », a expliqué l’huissier.

Par ailleurs, maître Célestin Gnabalamou a fait savoir que les huissiers iront jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. « Nous, nous sommes bien sûr de la profession libérale. Mais, il faut que ça soit pris en compte. Si ce n’est pas pris en compte, on préfère faire autre chose. Si les huissiers ne sont pas reconnus au niveau du tribunal, peut-être qu’ils vont chercher d’autres personnes qui vont exercer la profession d’huissier. Mais nous, on ne pourra pas le faire tant qu’on ne nous aura pas satisfaits », a-t-il laissé entendre.

Pour terminer, maître Célestin Gnabalamou a présenté les excuses des huissiers auprès des citoyens par rapport aux désagréments que pourrait causer leur grève.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tél : 00224 620 16 68 16/666 89 08 77

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin