image d’archive

En audience correctionnelle hier, mercredi 15 Mai 2019, le tribunal de première instance de Dixinn (délocalisé à la mairie de Ratoma) a examiné l’affaire opposant le ministère public à Mohamed Diaby. Ce jeune homme est poursuivi pour escroquerie, portant sur une somme de cinq millions de francs guinéens. De l’argent que le prévenu a admis avoir détourné des mains de trois personnes, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a suivi cette audience.

Teint noir, chemise rouge, pantalon Kaki, cheveux teints en Kaki, Mohamed Diaby n’est pas passé par quatre chemins pour plaider coupable. « Vous êtes poursuivi pour escroquerie, portant sur plusieurs millions de francs guinéens. Est-ce que vous reconnaissez les faits ? » a demandé madame Makissa, la juge.

Et, Mohamed Diaby surprenant l’auditoire par sa réponse : « Oui ! Mais, c’est ma première fois de faire ça. J’ai escroqué trois personnes ».

Poursuivant sa déposition devant le tribunal, le prévenu dira qu’il a été induit dans cette affaire par un de ses petits qui est actuellement en fuite. Il soutiendra également que c’est par des manœuvres frauduleuses qu’il a réussi à soutirer l’argent pour lequel il se tient maintenant à la barre. « Avec le petit, on part dans un kiosque Orange-Money, on fait semblant de faire un dépôt d’argent sur un compte. Dès que le prestataire fait le dépôt sur le compte, le petit disparait… », a dit Mohamed Diaby sur son mode opératoire.

« Donc, vous faites comme si vous avez de l’argent en main ; et, quand votre cible fait le dépôt sur le numéro que vous allez lui indiquer, vous disparaissez avant qu’il ne vérifie le contenu du petit sac que vous remettez ? Parce qu’en réalité vous n’avez pas d’argent ? » interroge le ministère public.

Et, Mohamed Diaby de répondre : « Oui ! C’est comme ça. Mais, c’est le petit qui est parti avec l’argent ».

Appelé à la barre, l’une des victimes et partie civile dans cette affaire est revenue sur les manœuvres utilisées par Mohamed Diaby pour lui soutirer la somme de 3 800 000 francs guinéens.

« Le 02 Mai dernier, Mohamed Diaby est venu acheter un téléphone à Madina. Le lendemain, il est revenu là où il a acheté le téléphone pour négocier des articles divers. C’est au cours de cette opération qu’il a émis le souhait de faire un dépôt sur un compte Orange-Money. Celui qui l’avait vendu le téléphone est venu me chercher là où je travail. Nous sommes allés trouver Mohamed Diaby. Ce dernier m’a donné un numéro sur lequel je devais envoyer 3 800 000 francs. J’ai essayé d’envoyer l’argent, mais le numéro n’avait pas un compte Orange-Money. Quand je le lui ai dit, il m’a donné deux autres numéros. J’ai aussi tenté d’envoyer l’argent, mais ces numéros là aussi ne possédaient pas de compte Orange-Money… Je me suis retourné à mon lieu de travail. Quelques minutes après, il est venu me trouver avec un autre numéro. Il détenait un sac plastique qui, dans sa forme apparente, semblait contenir de l’argent. Il m’a demandé de lui faire un dépôt sur ce numéro. J’ai fait le dépôt et l’argent est parti. Il m’a donné le sac plastique. Je lui ai dit d’attendre que je compte l’argent pour voir s’il est au complet. Dès que j’ai ouvert le sac, j’ai vu des papiers. Puis, je me suis évanoui, j’ai perdu connaissance. C’est après une trentaine de minutes que je me suis réveillé », a dit Ousmane Bah, tout en précisant qu’il est allé ensuite déposer plainte à la direction de la police judiciaire.

Dans ses réquisitions, le ministère public a expliqué que c’est après la plainte d’Ousmane Bah que Mohamed Diaby a été interpellé à Bambeto par une autre de ses victimes, à qui il avait escroqué de l’argent avec les mêmes manœuvres.

« C’est cette autre victime qui l’a conduit à l’Eco 12 de Cosa… Donc, vous comprendrez que le prévenu est un habitué des faits. Puisque, c’est avec de l’argent escroqué à une autre personne qu’il est allé acheter le téléphone à Madina, où il est revenu le lendemain escroquer l’argent de monsieur Bah… Le prévenu utilise des manœuvres frauduleuses et de la magie pour tromper ses victimes… C’est pourquoi, le ministère public vous demande qu’il vous plaise de retenir Mohamed Diaby dans les liens de la prévention… et, pour la répression, vous le condamnerez à 2 ans de prison ferme », a requis le ministère public.

Finalement, le tribunal a renvoyé l’affaire au 22 Mai prochain, pour décision être rendue.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineemain.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin