Après avoir été chassé de la voie publique il n’y a pas longtemps, les femmes vendeuses du marché central de N’zérékoré ont reçu l’autorisation de revenir sur les lieux. Cette curieuse décision a été prise par Moriba Albert Délamou, le maire de la commune urbaine, malgré tout le mal qu’il disait de ce phénomène il y a peu, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Après le déguerpissement des femmes vendeuses des emprises du grand marché de la ville N’zérékoré par la nouvelle équipe de la mairie, une surprenante décision vient les réinstaller sur les lieux. Selon le maire, Moriba Albert Délamou, ce changement de décision fait suite à une doléance adressée par les autorités musulmanes de la ville, demandant le retour des femmes sur la voie.

« Vous savez, tout ce qu’on fait à la commune, il y a aussi qu’il faut être à l’écoute des populations. C’est les populations qui nous ont porté confiance pour nous envoyer à la commune. A partir de 18 heures les agents laissent les étalagistes s’installer le long de la route. Nous avons eu une doléance de nos frères religieux musulmans. Ils voudraient qu’à partir de 16 h ou 17 h, qu’on accepte les étalagistes s’installer pour leur permettre de faire le commerce, en vue de pouvoir faire face à leur obligation religieuse qui est le carême. Nous l’avons soumise à un certain nombre de conseillers. Nous avons analysé et on a décidé ensemble de leur accorder cela », s’est justif le maire.

Et pourtant, Moriba Albert Délamou avait juré, lors d’une sortie médiatique, de ne point céder à la corruption et de ne pas laisser les étalagistes s’installer sur les emprises de la route. A l’époque, le maire avait dit : « vous allez nous juger par l’action. Vous allez voir si les gens vont revenir sur l’emprise du goudron. Le jour que les gens vont revenir sur l’emprise du goudron, on n’a même pas besoin de discuter, pensez directement que le maire a été corrompu. Mais, je vous le jure, je vous l’assure et je vous prends la garantie, plus jamais l’emprise de la route ne sera envahie. Tant que je vis, tant que je suis maire, même si tous les moyens de la commune doivent être déployés sur cette route, ça sera fait. Mais, personne ne va s’installer sur ses emprises », avait martelé à l’époque le maire.

A noter qu’à partir de 17 heures, les femmes vendeuses, les conducteurs de taxi-motos et les mendiants bloquent presque la totalité des emprises des routes du grand marché de Nzérékoré (voir images). Si cette situation perdure, il est à craindre des cas d’accidents sur cette partie de la commune urbaine.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin