Parmi les principaux adhérents du Crédit Rural de Guinée à Conakry, on retrouve les pêcheurs artisanaux et les femmes qui embrassent le petit commerce. Extrêmement dynamiques et bien organisés ces clients de l’institution de microcrédit constituent un exemple à suivre.

Compte tenu des conditions incitatives pour l’accès à ses produits et services, femmes du marché Avaria (à Madina), pêcheurs artisanaux, commerces de détails, la plupart des petits entrepreneurs se dirigent vers le CRG.

« Ils se constituent parfois en groupements ou en associations, parfois ils viennent individuellement mais tous veulent trouver des financements pour soit débuter une affaire, soit maintenir leurs affaires déjà existantes à flots. Les groupements de pêcheurs sont très actifs », soutient Abdoulaye Traoré, responsable de la délégation régionale de Conakry.

Le secteur de la pêche artisanale, lui-même, était dans des difficultés pour trouver des fonds avant l’installation du CRG à Conakry, un manque comblé aujourd’hui par l’institution de micro-finance.

A ce jour, une quarantaine de moteurs ont été octroyés aux pêcheurs artisanaux qui travaillent grâce aux prêts accordés par le CRG. « Nous apportons aussi notre appui financier à des promoteurs d’écoles privées ; nous avons déjà à ce propos financé pour 150 millions GNF un entrepreneur à la lisière de Conakry et pour 70 millions GNF un autre dans la commune de Ratoma. Ces clients travaillent correctement et remboursent dans les délais », souligne Traoré.

Toutefois dans un univers où il existe des esprits mal intentionnés, capables de monter de faux business pour obtenir des crédits, la première institution de micro finance du pays reste vigilante pour ne pas tomber dans le piège.

« Nous devons faire preuve de vigilance car nous avons la responsabilité de la gestion de fonds mobilisés par nos adhérents et nos partenaires financiers », conclut Traoré.

Cheick Soumah

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin