Les relations entre les agents de la sécurité routière et les conducteurs de mototaxis de la ville de Boké sont souvent difficiles. Chacun accuse l’autre d’être responsable des multiples malentendus. C’est pour tenter de régler les différends qui naissent entre les deux camps qu’une rencontre s’est tenue ce samedi 18 mai 2019, au siège de la mairie de Boké, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Agents de la sécurité routière et taxi-motards sont souvent à couteaux tirés dans la ville de Boké. Les agents sont accusés de soutirer injustement de fortes sommes d’argent aux conducteurs de taxi moto. La sécurité routière nie les faits et dit agir pour faire respecter les règles et diminuer l’indiscipline dans la circulation routière.

C’est le maire de la commune urbaine, Mamadouba Tawel Camara, qui a présidé cette rencontre qui visait à aplanir les divergences.

Ibrahima Basler Keita

La parole a été donnée au porte-parole des taxi-motards qui est revenu sur les revendications de ses collègues. Selon Ibrahima Basler Kéita, « nous voulons travailler avec nos responsables (syndicat et union), mais sans l’intervention de la police. Le changement d’échappement à 4 trous. En cas de sanction, ça ne doit pas dépasser 25 000FG, parce qu’en ce moment, on nous fait payer 300.000FG. Nous voulons savoir à quel prix on doit récupérer les motos accidentées qui sont en fourrière. Là aussi, en ce moment on nous fait payer jusqu’à 800.000FG », a dénoncé Ibrahima Basler Kéita.

Pour sa part, le commissaire central de la police routière de Boké, Fodé Conté a insisté sur le non respect du code de la route par les conducteurs de mototaxis. « Nous à la police, nous travaillons en fonction de la loi. Nous avons des lois que nous devons tous respecter. Il faut que les conducteurs de mototaxis acceptent de porter les casques, les paires de chaussure fermées. Les rétroviseurs doivent rester et vous devez porter les gilets pour vous différencier des autres », a insisté le commissaire de police.

Mamadouba Tawel Camara

Après avoir écouté les deux parties, le maire de la commune urbaine de Boké a tenu à rappeler à aux motards ce qu’ils doivent faire. « Mes chers frères, sachez que vous et vos motos, vous devez être en règle. Toute personne qui change la configuration de sa moto est en infraction. Une moto qui n’a pas de sonnerie ou de rétroviseurs est largement en infraction. Il faut que vous arrêtiez d’augmenter le bruit de vos motos. Vous ne devez pas utiliser le téléphone sur la moto et vous ne devez pas transporter les femmes en grossesse. Tout ça, c’est des infractions. Vous devez savoir que vous n’êtes pas organisés parce que personne d’entre vous ici ne peut me dire il y a combien de motards à Boké. Nous, c’est votre sécurité et la sécurité de vos passagers qui nous intéressent ».

Pour ce qui de la police routière, le maire a promis d’échanger avec eux à huit clos autour des accusations portées contre eux par les taxi-motards.

De Boké, N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin