Oyé Guilavogui, ministre de l’Environnement

A l’occasion de sa conférence de presse tenue ce lundi, 20 mai 2019 à Conakry, et qui visait à vanter les acquis de son département depuis l’élection du président Alpha Condé à la tête de la Guinée, le ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts est aussi passé aux aveux. C’est notamment en ce qui concerne les espèces protégées vivant sur le sol guinéen.

A ce niveau, Oyé Guilavogui a reconnu que notre pays ne dispose aujourd’hui d’aucune donnée chiffrée en la matière, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

« C’est le mal de notre pays. Il faut avoir le courage politique de le dire. Moi-même qui suis le premier responsable de ce secteur, je suis incapable de vous donner l’inventaire des espèces qui sont protégées. Je vous donne un exemple : dans un passé très récent, on parlait en Guinée de la présence de 200 à 250 éléphants. Ce n’est pas vrai. Vous allez à certains endroits, on vous parle de 100 têtes d’éléphants et tout dernièrement on me parle de 24. C’est pour vous dire qu’il n’y a pas d’inventaire réel. Et, quand je prends le bassin du Falémé, on parle de 250 chimpanzés, ce n’est pas vrai. Il faut un inventaire pour le savoir », a dit le ministre d’Etat.

Oyé Guilavogui souligne tout de même que son département est en train d’initier un projet devant permettre d’inventorier l’ensemble des différentes espèces d’animaux protégés en Guinée. « Nous allons le faire de la Forêt jusqu’en Moyenne Guinée en passant par la Haute Guinée et la Guinée Maritime. C’est un projet qui coûte très cher, mais il faut le faire », insiste le ministre de l’Environnement.

Il faut dire que la Guinée est l’un des rares pays au monde aujourd’hui qui peine encore à inventorier ses espèces protégées alors que le ministère de l’Environnement a été créé depuis le 04 octobre 2004.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin