Les premières pluies qui sont tombées sur Kankan ont annoncé la couleur de ce que pourrait être la saison pluvieuse de cette année au quartier Sogbè. Une zone négativement impactée par les travaux de réhabilitation des voiries de la ville, en cours. Après ces premières pluies, les eaux stagnantes ont formé une mare qui cause déjà des désagréments aux habitants et à ceux qui travaillent dans la localité, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Cela fait plusieurs jours qu’une partie du quartier Sogbè est impraticable. Ni les voitures, ni les motos ne parviennent à traverser la mare d’eau qui s’est formée dans cette localité après les premières pluies. Outre les habitants de la zone, ceux qui y travaillent payent aussi le prix de cette situation.

Mamadi Babila Keïta

Parmi eux, Mamadi Babila Keïta, PDG de l’entreprise Babila Photographie, située en bordure des eaux. « Cette situation est déplorable. L’eau stagnante a formé une mare qui dégage une odeur nauséabonde. Cela amène des moustiques qui ne sont pas bons pour les riverains. Sur le plan économique, nous qui travaillons à côté de ces eaux, nous souffrons beaucoup. Parce que l’eau a bloqué l’accès à nos locaux, les clients ne peuvent pas venir chez nous. Les motos ne peuvent pas passer, les voitures non plus. Donc, nos activités sont vraiment ralenties actuellement », explique ce citoyen.

Baben Condé

Non loin de là, se trouve aussi un atelier de couture. Baben Condé, tailleur, regrette cette situation qui intervient à l’approche de la fête du Ramadan. Un moment d’activités intenses pour lui, en temps normal. « A cause de ces eaux stagnantes, nos clients n’ont plus accès à notre atelier. Nous sommes à l’approche de la fête de Ramadan, mais avec ces eaux, aucun client n’aura le courage de venir s’asseoir ici. Nous-mêmes on est fatigué de respirer l’odeur nauséabonde que dégage cette eau. Nous prions les travailleurs de venir nous débarrasser de ces eaux », a-t-il lancé.

Face à cette situation, le chef du quartier de Sogbè accuse la société Guiter SA, en charge des travaux de la construction des voiries urbaines de Kankan.

Balla Kéita

Selon Balla Keïta, Guiter SA a travaillé la route sans faire des caniveaux pour évacuer les eaux de ruissellement. « Pour le moment, c’est un problème difficile, puisque l’entreprise qui fait le travail (Guiter, ndrl), nous a dit que c’est elle-même qui finance les travaux et non le gouvernement. Mais, nous, c’est Guiter que nous accusons parce que c’est elle qui a travaillé sans mettre des caniveaux », a dit le chef du quartier.

A préciser dire que les autorités au plus haut niveau sont informées de cette situation qui prévaut à Sogbè. Samedi dernier, le ministre des Travaux Publics, Moustapha Naïté, en séjour à Kankan, a visité les lieux, en compagnie du Gouverneur et du Préfet de Kankan. Il a déploré la présence, en plein cœur d’une ville comme Kankan, d’une telle eau stagnante et a promis de prendre des mesures idoines une fois à Conakry.

Pourtant, cette situation aurait pu être évitée si les habitants de Sogbè avaient été entendus à temps. Car, le 10 janvier 2019, des jeunes et des sages du quartier Sogbè avaient tiré la sonnette d’alarme pour attirer l’attention des autorités locales sur la situation de leur localité. Ils avaient alors envahi le bloc administratif préfectoral pour expliquer les risques d’inondation de leur quartier à l’arrivée de la saison des pluies. Mais depuis, rien n’a été fait pour prévenir cette situation.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : 00 224 627 24 13 24

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin