Elhadj Sory Sanoh, préfet de N’zérékoré

La crise du carburant a fait grincer des dents dans la ville de N’zérékoré. Depuis le jeudi dernier, le litre de carburant, qui se vendait à 9 500 FG dans les stations et 10 500 francs guinéens au marché noir, n’a cessé d’augmenter allant jusqu’à 15 000 francs guinéens dans les différents points de vente de la préfecture. Une situation qui a fait sortir le préfet de son silence pour taper du poing sur la table, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la capitale de la région forestière.

Les transports urbains et ruraux connaissent une augmentation fantaisiste et la plupart des engins sont garés par manque de carburant à N’zérékoré. Face à cette situation, le préfet a fait une sortie médiatique hier lundi, 27 mai 2019. Une sortie dans laquelle, Elhadj Sory Sanoh a annoncé la fin de la crise avant de menacer d’appliquer la loi à ceux qui passeront à côté de cette décision.

Selon le préfet, la crise qui a laissé des traces dans tous les domaines d’activité connaîtra son épilogue dans les prochaines heures dans la préfecture. « Monsieur Camara de l’Office National des Pétroles est venu chez moi ce matin, on a échangé et il est prêt à livrer une certaine quantité à toutes les stations de N’zérékoré. Mais, faudrait-il que nous soyons tous gendarmes ou policiers. Parce qu’une fois l’essence à la station, il ne faut pas que ceux qui amènent les bidons soient plus privilégiés que ceux qui amènent leur engins (motos, voitures). Donc, je pense que d’ici le soir, la crise à N’zérékoré va prendre fin. Et donc, je demande à chaque citoyen, à chaque citoyenne d’être préfet, d’être maire, d’être gendarme, d’être policier pour que de telles choses n’arrivent pas à N’zérékoré ».

En outre, le préfet Elhadj Sory Sanoh menace d’appliquer la loi à toute personne qui ira à l’encontre de sa décision. « Je mets en garde tous les gérants de station, tous les pompistes, tous les revendeurs de carburant dans les bouteilles, qu’à partir de maintenant, toute personne prise entrain de revendre le carburant à un prix aussi cher, aura en face de lui les autorités », a martelé le préfet de N’zérékoré.

Il reste à savoir si cette menace des autorités sera mise à exécution.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin