Un affrontement a été évité de justesse ce mardi, 28 mai 2019, dans la sous-préfecture de Siguirini, à 135 kilomètres de la commune urbaine de Siguiri. La venue sur les lieux de plusieurs gendarmes à bord d’un pick-up pour procéder à l’arrestation de 21 personnes, dont des élus locaux, a provoqué le courroux de certains jeunes de la localité, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les conséquences de la mauvaise organisation des élections locales de février 2018 en Guinée reviennent au devant de la scène à Siguiri. Pour procéder à l’arrestation de 21 personnes, dont 5 membres du conseil communal, des gendarmes se sont rendus à Siguirini ce mardi matin. Ils étaient munis de plusieurs mandats contre ces 21 personnes.

En effet, c’est une affaire qui remonte au mois de novembre 2018, suite à l’installation de l’exécutif communal de Siguirini. Le RPG Arc-en-ciel, le parti au pouvoir, vaincu à Siguirini, s’était opposé à la mise en place du bureau exécutif. Il s’en était suivi des affrontements le 27 novembre 2018 entre les partisans de la liste indépendante et le RPG Arc-en-ciel. Le bilan avait fait état de sept (7) blessés et des dégâts matériels importants.

Selon nos informations, l’ancien vice maire, Néné vieux Camara, et Aboubacar Sidiki Doumbouya, membres influent du RPG ont porté plainte pour destruction de biens privés contre 21 personnes, dont 5 conseillers communaux : un de l’UFR, un de l’UFDG et 3 de la liste indépendante.

C’est pour mettre aux arrêts ces 21 personnes que les gendarmes ont débarqué ce mardi à Siguirini. Mais, c’était sans compter sur la détermination des jeunes de la localité qui s’y sont opposés fermement. Il a fallu l’intervention du préfet de Siguiri pour que le pire soit évité.

Joint au téléphone par Guineematin.com, Sory Fadiga, ex maire de Siguirini et actuel 2ème vice maire, élu sous la bannière de la liste indépendante, a expliqué ce qui s’est passé. « Ce mardi matin, c’est une pick-up de la gendarmerie qui nous a réveillés. Ils étaient munis d’un mandat de dépôt contre 21 une personnes, dont 5 conseillers communaux. Quand les jeunes ont été informés de la situation, ils sont venus barricader la route. Ils étaient prêts à affronter les agents s’ils insistaient d’embarquer les gens. Vu l’ampleur de la situation, le préfet de Siguiri est vite intervenu. Il a demandé aux gendarmes de rentrer. Ils ont rentrés à Siguiri. Maintenant, les jeunes sont là et sont en position d’alerte », a fait savoir monsieur Fadiga.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin