Mémè N’Diaye était en prison pour le meurtre de Noumou Sadio Diakité (une femme âgée de 25 ans et mère de deux enfants). Il a été arrêté et placé sous mandat de dépôt le 11 Mai dernier et conduit à la maison centrale de Mamou où il attendait l’ouverture de son procès pour viol suivi d’assassinat. Malheureusement, cet homme âgé de 30 ans ne comparaîtra plus devant un tribunal d’ici-bas pour expliquer les raisons qui l’auraient poussé à tuer Noumou Sadio Diakité (qu’il disait être sa copine). Le 25 mai dernier, ce jeune prisonnier est décédé.

A l’annonce de la mort de ce prisonnier hier, lundi 27 mai 2019, par le parquet de Mamou, plusieurs citoyens de la ville carrefour se sont mis à spéculer. Si tout le monde accepte le fait que Mémè N’Diaye ait tenté de s’évader, certains soutiennent que ce jeune détenu a été sévèrement battu par les gardes pénitentiaires, après sa tentative d’évasion.

Des allégations fermement démenties par le parquet du tribunal de première instance de Mamou, qui invite les gens à la retenue. « Ces pratiques-là sont complètement bannies au niveau de la maison centrale. Et, même moi, j’ai eu un entretien avec les prisonniers qui m’ont dit que la victime a effectivement fait une chute lors de sa tentative d’évasion… », assure Elhadj Sidiki Camara.

Au téléphone de Guineematin.com, le parquet du tribunal de première instance de Mamou a expliqué que Mémè N’Diaye a chuté d’un mur de 12 mètres de haut qu’il avait escaladé avec l’intention de s’évader de la maison centrale.

« Le vendredi dernier, après la prière de 17 heures, heure retenue pour la toilette des détenus, Monsieur Mèmè N’diaye a tenté de s’évader. Lorsqu’il est sorti de sa calle, il était muni d’un bol d’eau ; et, il s’est dirigé vers les toilettes. Subitement, il a jeté le bol d’eau, il est monté sur le toit des toilettes. Il a continué sur le mur pour marcher vers le dehors. Malheureusement, il a chuté de ce mur d’une hauteur d’environ 12 mètres. Il ne pouvait pas continuer parce qu’il était non seulement blessé, mais aussi nous avions mis des garde-fous. Ça fait que même si le détenu sort de la prison, il ne peut pas s’échapper. Il a été donc admis immédiatement aux soins. Mais, malheureusement, le lendemain matin (samadi 25 mai, ndlr) à 11 heures, il a succombé à ses blessures », a expliqué Elhadj Sidiki Camara, le procureur de la république près le tribunal de première instance de Mamou.

A en croire le rapport médicolégal qui a été établi par l’agent de santé de la maison centrale de Mamou, « Mémè N’Diaye est décédé par suite d’un DCAVC, plus plaies traumatiques du crâne, du thorax, de l’épaule gauche et des membres inférieurs ».

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin