Après les manifestations de plusieurs commerçants de Siguiri, en colère contre une décision du maire de la commune urbaine, l’autorité communale a fini par reculer. Le maire, Koumba Sékou Magassouba, a suspendu sa décision attribuant des magasins à un groupe de commerçants au détriment des manifestants. Il a fait l’annonce au cours d’une conférence de presse qu’il a animée hier mardi, 28 mai 2019 dans les locaux de la mairie, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Devant les médias, le maire a expliqué qu’il est revenu sur sa décision à la demande du préfet de Siguiri, Colonel Moussa Condé. « Le préfet m’a demandé de suspendre l’attribution des magasins. Alors, je demande les nouveaux bénéficiaires de ne pas occuper ces magasins d’abord. Une rencontre est prévue avec le préfet après le mois de Ramadan autour de cette situation », a-t-il indiqué.

Koumba Sékou Magassouba

Une décision accueillie avec une grande satisfaction par les commerçants qui protestaient depuis quelques jours contre la répartition des magasins faite par le maire. « C’est tout ce qu’on avait demandé au maire et il avait refusé. Maintenant nous allons attendre cette rencontre, il faut que nos magasins nous reviennent », a réagi Ansoumane Traoré, le porte-parole des commerçants protestataires.

A rappeler que le marché au centre de ce problème a été reconstruit dans le cadre de la célébration de la fête de l’indépendance nationale à Kankan. Avant sa reconstruction, il comprenait 145 magasins, tous occupés par des commerçants. Après sa reconstruction, le nombre de magasins a été réduit à 65 en raison notamment de l’agrandissement des magasins.

Mais à l’ouverture des lieux, le maire de Siguiri, Koumba Sékou Magassouba, a attribué ces magasins à des commerçants autres que ceux qui les occupaient auparavant. Ces derniers ont crié au favoritisme et sont descendus dans la rue pour protester contre cette décision de l’autorité communale. Ils ont été finalement entendus.

Reste toutefois à savoir comment se fera cette répartition d’autant plus que le nombre de magasins est largement petit par rapport au nombre de commerçants désireux de les occuper. Les autorités locales risquent donc d’avoir du pain sur la planche.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin