En cours d’introduction dans les communes de la Guinée, l’initiative « policier référent » a été lancée dans les écoles de la commune Urbaine de Labé. Depuis quelques jours, des policiers font office d’enseignant et amis des élèves. Interrogée sur cette initiative, Mariam Sow, élève à la 9ème année A2 au collège Général Lassana Conté, dit être satisfaite et rassurée après avoir pris contact avec ces agents.

« Je suis vraiment très contente de cette initiative. Ils nous ont parlé du rôle et de la mission de la police nationale et ont défini le policier référent ainsi que le type de service que la police peut rendre. Avant, j’avais peur de la police parce que je ne connaissais pas bien la police et voyais des policiers avec des tenues différentes. Je ne connaissais pas qui est qui et qui fait quoi. Maintenant, je suis rassurée car ils sont nos amis », nous a confié Mariam Sow, deuxième cheffe de classe lors d’un appel téléphonique.

Il s’agit des policiers de Labé qui ont été outillés pendant 05 jours dans la salle de formation de la maison de justice, sur la doctrine de la police de proximité ; la psychologie de l’enfant et de l’adolescent ; les méthodes pédagogiques et les techniques d’animation et de communication auprès d’une population jeune ; avant d’être déployés dans quatre écoles pilotes notamment le collège TATA, le Lycée et collège Général Lassana Conté, ainsi que le complexe scolaire la MISSION KALIMA.

L’initiative « policier référent » a été lancée depuis le vendredi 24 mai dans ces écoles. Le rôle du policier référent est d’intervenir directement, de manière volontaire, en milieu scolaire dans le cadre d’une mission de sensibilisation et d’éducation à la citoyenneté, en vue de prévenir la délinquance chez les mineurs. Cependant, le policier référent contribue à l’atteinte des objectifs visés par l’éducation que sont le savoir-faire, le savoir-être et le savoir vivre, indispensables à la formation des futurs citoyens du pays.

Notre rédaction a voulu s’imprégner de son évolution. Habillé en tenu noir, des bottes bien cirées, Lieutenant Alseny Bangoura, Policier Référent en situation de classe au collège Général Lassana Conté estime que tout va bien. « Nous sommes dispersés dans les quatre écoles pilotes. Moi, je suis au collège général Lassana Conté. Nous avons commencé à dispenser les cours depuis le lundi. Pour le moment, nous sommes sur le thème un (1) qui est le rôle et la mission de la police nationale. Mais, avant de commencer le cours, nous présentons d’abord le policier référent vu que ceci est une nouvelle initiative, afin que les élèves puissent comprendre qui nous sommes » relate l’agent avant de soutenir que « tout se passe très bien. Les élèves nous ont bien accueillis et ils suivent avec intérêt ce que nous leur disons. Nous espérons que nous allons réussir haut la main. Aujourd’hui, les enseignants en éducation civique sollicitent même que nous les aidions à obtenir nos guides puisqu’ils sont très riches ».

Très satisfaite de la prestation et surtout de la qualité des cours dispensés par ces policiers référents, madame Fatoumata Diaraye Diallo, Directrice des études au collège général Lassana conté de Labé, ne cache pas sa joie. « Mes élèves comprennent bien les policiers. Nous avons eu assez d’informations. Il y a eu même des exercices et les élèves ont bien compris. Il y avait des choses qu’on ne connaissait pas et que les élèves ne connaissaient pas non plus ; mais, que nous avons comprises à travers ces policiers. Vue l’importance des thématiques, nous avons trouvé que une heure (1H) préalablement prévue pour leur passage était petite ; donc, nous avons jugé nécessaire de leur accorder deux heures (2H). Par exemple, moi, j’avais cours aujourd’hui ; mais, je leur ai laissé toutes mes deux heures (2H) pour qu’ils puissent enseigner aisément », soutient –elle.

À noter que l’introduction de l’initiative « Policier référent », dans la commune urbaine de Labé s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet partenaires pour la sécurité en Guinée ; la Réforme de la police au service du citoyen. Financé par département d’Etat américain et est mis en œuvre par le consortium Coginta, partenaires global et le CECIDE.

Fatoumata Keita

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin