Les dispositions du code civil guinéen adopté récemment par l’Assemblée nationale, relatives au régime matrimonial, continuent à faire débat à Conakry. La polémique suscitée par le texte qui interdit à un homme d’épouser une deuxième femme sans le consentement de sa première épouse, s’est invitée même dans la célébration de Laylat al-Qadr, la plus importante nuit pour les musulmans. L’imam de la mosquée Elhadj Daouda située à Koloma Soloprimo, dans la commune de Ratoma, s’est étalé longuement sur la question, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dans cette mosquée, le sermon de l’imam, Mouhamadou Salihou Diallo, à l’occasion de la célébration de la nuit du destin, s’est focalisé sur le rôle de la femme au foyer, selon l’islam. « Selon l’éducation musulmane, la femme doit veiller sur le foyer, les biens de son mari, les enfants ; demeurer au foyer, respecter son époux et ne pas faire tout ce qui peut le fâcher. La femme doit être tranquille, c’est-à-dire elle doit éviter de courir d’autres hommes et laisser son mari.

Elle doit être soumise à son mari et avoir le maximum de respect pour ce dernier ; elle doit respecter les parents de son mari, que ces derniers soient pour elle des oncles tantes, frères ou sœurs. Une femme ne doit pas considérer que son mari mais aussi les parents de celui-ci. Et puis, la femme a l’obligation de connaitre parfaitement l’islam, maîtriser et pratiquer la religion comme son mari », a indiqué le leader religieux.

L’imam, Mouhamadou Salihou Diallo, a évoqué ensuite la question de la polygamie, faisant allusion au nouveau code civil guinéen. Le texte, adopté récemment par les députés, interdit à un homme d’épouser une deuxième femme sans l’accord préalable de sa première épouse. Il rappelle que ce régime est consacré par Dieu et prévient ceux qui tentent de s’y opposer. « Nous devons savoir que si une femme et son conjoint ne s’entendent pas, ne se respectent pas, assez de problèmes peuvent en découler. Nous savons que depuis toujours, il y a certains hommes qui ont une, deux, trois ou quatre femmes tel qu’il est indiqué dans le coran.

C’est-à-dire qu’il est permis à l’homme d’épouser jusqu’à quatre femmes s’il sait qu’il va maintenir l’équilibre entre elles. Cela, même si l’amour qu’il a pour ses femmes n’est pas le même, mais que le partage des biens et les services soit tout de même équitable. Ce que tu donneras à l’une, tu le donnes à l’autre ou aux autres. Si tu donnes de l’or à l’une, il faut aussi donner la même chose à l’autre ou aux autres. Mais, tu ne dois pas donner de l’or à une de tes femmes et donner du bronze aux autres. Deux, trois ou quatre femmes peuvent bien avoir en commun un seul époux mais dans les bons comportements islamiques.

Donc Dieu a légalisé la polygamie. Celui qui s’oppose à ça à cause de l’argent ou autre chose non justifié par le coran, s’il meurt, qu’il trouve où aller autre que chez Dieu. C’est très dangereux de dire non aux injonctions de Dieu. Celui qui le fait s’expose à des sanctions divines très sévères », a mis en garde l’imam.

A noter que la célébration de Laylat al-Qadr dans cette mosquée a connu une forte mobilisation de fidèles musulmans, qui ont rivalisé d’ardeur dans l’adoration de Dieu. L’événement a été rehaussé de la présence d’une délégation de la ligue islamique communale de Ratoma.

Mamadou Bhoye Laafga Sow pour Guineematin.com

Tel : (00224) 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin