A l’instar de leurs coreligionnaires du monde et de la Guinée, les fidèles musulmans de la commune urbaine de Kankan ont fêté Laylatoul Ghadri, ou la nuit du Destin, dans la nuit du vendredi 30 mai au samedi 1er juin 2019. C’est avec beaucoup d’engouement que les fidèles se sont mobilisés pour implorer la miséricorde de Dieu, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Dans les nombreuses mosquées de la ville de Kankan, la mobilisation était de mise. Dès 22h, les fidèles musulmans ont pris d’assaut ces lieux de culte en vue de s’acquitter de ce devoir à travers des prières, la lecture du saint Coran et autres invocations.

Elhadj Sékou Sanoh

Au niveau de la grande mosquée du quartier Sogbè, il n’y avait pas de passage aux environs de 22 heures. Le grand imam, Elhadj Sékou Sanoh et sa suite ont livré un sermon plein de sagesse. « La nuit de Laylatoul Ghadri a beaucoup d’importance, c’est une grande nuit, c’est un cadeau que le tout puissant a donné aux musulmans. Quand tu la pries comme il le faut, tu auras la récompense de plus de 80 ans d’adoration. Le prophète Mohamed (PSL) a cherché la nuit du destin durant les 10 premiers jours du mois de ramadan. Il ne l’a pas eue, il l’a encore cherchée durant les 10 deuxièmes jours, en vain. Mais, c’était lors des 10 derniers jours qu’il l’a enfin eue. Si tu pries bien cette nuit, c’est plus que mille mois d’adoration », a dit Elhadj Sanoh.

Plusieurs musulmans ont passé la nuit dans les mosquées, consacrant leur temps à implorer la grâce Divine pour que leurs péchés soient effacés par le Tout puissant Allah. C’est le cas de Sékou Condé, citoyen de Kankan.

Sékou Condé

« Dieu merci, j’ai arrêté toutes mes occupations actuellement pour que je gagne les récompenses de la nuit du Destin. On a beaucoup de pêchés, pourtant nous n’avons pas longue vie. Je demande aux musulmans de se concentrer. On doit demander pardon à Allah et se repentir avant de mourir. Ceux qui boivent de la bière, ceux qui forniquent peuvent prendre une décision cette nuit de ne plus refaire ces choses-là, pour qu’ils puissent avoir la récompense de cette nuit », a-t-il conseillé.

Du côté de la mosquée du quartier Gare, c’est le même engouement, la même ferveur religieuse qui prévalait. Pendant plusieurs heures, de 1h à 4h, les fidèles ont fait la prière surérogatoire avec à la clef des sermons et des bénédictions.

A la fin de la prière, l’imam Mahmoud Condé est revenu sur le message véhiculé à l’endroit des musulmans. « Durant cette nuit, nous avons parlé de l’importance de Laylatoul Ghadri parce que c’est une nuit qui est plus importante que mille mois d’adoration. On leur a dit de mettre de l’énergie parce que c’est au cours de cette nuit qu’Allah établie le programme pour l’année prochaine : les personnes qui auront de l’argent, celles qui mourront et ceux qui naitront. Donc, si tu viens implorer la clémence du tout puissant, il te pardonnera parce que tu ne sais pas si tu feras partie de ceux qui mourront. On leur a dit ça », a-t-il dit.

A rappeler qu’il n’y a pas eu de prière à la grande mosquée de Kankan, située au quartier Timbo, pour des raisons qu’on ignore.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : (00224) 627 24 13 24

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin