Un dispositif sécuritaire particulièrement important sera déployé à Conakry et ses environs demain mardi, 04 juin 2019, jour de la célébration de la fête marquant la fin du Ramadan. C’est le porte-parole de la police nationale qui a annoncé la nouvelle lors d’une conférence de presse tenue dans l’après-midi de ce lundi, 03 juin, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon le contrôleur général de police, Mamoudou Camara, c’est à la demande du ministre de la sécurité et de la protection civile qu’un dispositif a été conçu dans le cadre du maintien de l’ordre dans la circulation. Et, à cet effet, trois services ont été requis pour accompagner la direction centrale de la sécurité routière. Il s’agit de la direction centrale des unités d’intervention (CMIS), les commissariats centraux de la ville de Conakry ainsi que les services de la police judiciaire. Ils prendront en compte avant, pendant et après la fête du Ramadan.

« Le dispositif qui est déjà mis en place a bien fonctionné durant le mois de Ramadan, et cela a permis la fluidité de la circulation dans les zones critiques au niveau de la ville de Conakry. C’est ce qui nous a permis d’amender les imperfections et ensuite de prévoir une coordination et une supervision du dispositif qui a été en place », a annoncé le porte-parole de la police nationale.

Par rapport à la fête qui donne lieu souvent à des embouteillages ou à des accidents de la circulation, le contrôleur général de la police a fait savoir que c’est le dispositif déjà existant depuis le début du mois de Ramadan qui sera renforcé. A la seule différence, dit-il, il y a non seulement la sécurisation des itinéraires ; mais aussi, la sécurisation des lieux de prières.

« Nous avons conçu un dispositif où nous avons encore impliqué la direction centrale des unités d’intervention (CMIS), les commissariats centraux de la ville de Conakry ainsi que les services de la police judiciaire pour que chacun en ce qui le concerne procède à la sécurisation des itinéraires mais aussi des lieux de prière dans les différentes communes de Conakry ».

L’officier de police se réserve cependant de donner de chiffres exacts sur le nombre d’agents qui composent ce dispositif. « C’est purement confidentiel à nous. Ce qui est important ce que nous prenons en compte tous les facteurs. Et il faut savoir que ce n’est pas seulement que la route nous sécurisons. Il y a aussi les lieux de prières qui attirent des milliers de personnes. Ces lieux seront sécurisés tant au niveau de Conakry qu’au niveau de Coyah et Dubréka. Nous ne prenons aucun risque et nous ne minimiserons aucune intersection », a-t-il rassuré.

Le général Mamadou Camara précise que le plan de supervision et de coordination ne vise pas les usagers, mais ce que les policiers eux-mêmes font sur le terrain pour éviter des exactions et le mauvais comportement de certains agents sur le terrain.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com
Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com