Les fidèles musulmans s’apprêtent à célébrer la fête marquant la fin du mois saint de Ramadan. Un mois marqué par la maitrise de soi, des prières et invocations pour bénéficier de la miséricorde divine. Le jour de la fête, il arrive que des fidèles musulmans, après avoir passé un mois de pénitence, reprennent des comportements répréhensibles.

Pour parler du comportement d’un musulman le jour de la fête, un reporter de Guineematin.com a donné la parole à Oustaz Mamadou Oury Diallo, directeur du centre Alhadis pour les sciences légiférées, imam râtib de la mosquée de Nassroullaye 3, dans la commune de Ratoma.

Guineematin.com : la communauté musulmane s’apprête à fêter l’Aïd el Fitr ou la fête marquant la fin du mois de Ramadan. Quel est le comportement que le fidèle musulman doit adopter le jour de la fête ?

Oustaz Mamadou Oury Diallo : nous remercions le Tout Puissant Allah pour sa grâce et sa miséricorde, qui nous a accordé des actes d’adoration que nous célébrons tous les jours et tous les mois, notamment dans le mois de Ramadan, donc un mois de pénitence, un mois d’exercice, un mois de rapprochement d’Allah. Et vous savez que maintenant, nous tendons vers la fin de cette adoration, vers la fin du mois de Ramadan. Cette fin aussi est marquée par une fête symbolique pour la communauté musulmane, pour fêter, entrer dans la joie, dans la satisfaction parce que nous avons adoré Allah durant 29 ou 30 jours.

Maintenant, la fête ne signifie pas désobéissance, la fête ne signifie pas d’aller au delà des limites, car l’Islam est une religion complète qui a légiféré sur l’ensemble des aspects d’un bon musulman, que ça soit entre lui et sa femme ou entre lui et ses voisins ou de sa communauté avec laquelle il est en train de mener une vie. Le jour de la fête est un jour de remerciement d’Allah qui nous a accordés la santé, une longue vie et nous avons pu observer cet acte d’adoration. Donc, il faut fêter conformément aux règles qui régissent la fête d’un musulman.

Guineematin.com : quelles sont ces règles ?

Oustaz Mamadou Oury Diallo : le musulman est appelé, le jour de la fête, d’invoquer le nom d’Allah, après avoir consommé une chose, parce que pour marquer la fin du ramadan, il faut essayer de montrer aux gens que le jeûne est fini en consommant quelque chose avant d’aller à la prière. Donc, c’est une règle et aussi un règlement et le musulman est appelé à invoquer le Tout Puissant Allah en allant au lieu de la prière en disant « ALLAHOU AKBAR, ALLAHOU AKBAR, LAILAHA ILALLAH ALLAHOU AKBAR, ALLAHOU AKBAR WA LILLAHILHAMDOU ».

Le début, c’est dès que le musulman s’oriente vers le lieu de la prière jusqu’à ce qu’il revient à la maison. Donc, il est appelé à faire ces invocations. Il est aussi légiféré que le musulman essaye de se rendre beau parce que c’est le jour de la fête, il ne doit pas sortir entre les gens pendant qu’il est mal habillé. Si la personne a les possibilités pour se rendre belle en s’achetant de nouveaux habits, elle peut le faire. Et si aussi elle n’a pas les possibilités, elle doit recycler ses anciens habits en les rendant beaux comme il n’a pas les capacités financières lui permettant d’acheter une tenue de fête.

Guineematin.com : le plus souvent, certains fidèles musulmans empruntent deux voies. C’est-à-dire la route utilisée à l’aller ne sera pas celle empruntée au retour. Est-ce normal d’agir ainsi ?

Oustaz Mamadou Oury Diallo : oui, il est aussi demandé aux musulmans d’emprunter deux voies. Une route pour aller accomplir la prière et une autre pour le retour. Voilà quelques règlements, voilà quelques comportements que le musulman doit adopter le jour de la fête.

Guineematin.com : que dire de ceux qui n’empruntent pas deux voies pour aller à la prière ?

Oustaz Mamadou Oury Diallo : il n’y a pas de sanction qui est réservée contre ces gens là. Seulement, il n’a pas respecté la sounna du prophète Paix et Salut sur Lui. Mais, celui qui a emprunté une seule route n’a aucune sanction. Donc, il n’y a pas de sanction réservée à celui qui n’a pas utilisé les deux routes. Mais, l’idéal voudrait que le musulman utilise deux voies ce jour-là.

Guineematin.com : est-ce qu’il est conseillé de veiller le jour de la fête ?

Oustaz Mamadou Oury Diallo : aller se promener ou se recréer n’est pas du tout interdit en principe. C’est aller faire des désobéissances qui est condamné, par exemple consommer de l’alcool ou entretenir des rapports charnels. En ce moment, la sortie devient illégale et illicite. Mais, sortir en tant que tel pour aller prendre un jus ou un gâteau n’est pas interdit ce jour par la religion musulmane.

Guineematin.com : quel message avez-vous à lancer aux fidèles musulmans qui vont lire ces lignes ?

Oustaz Mamadou Oury Diallo : mon message, c’est d’appeler mes frères et sœurs musulmans à se conformer de plus aux enseignements de l’islam. Nous avons fait une observation pendant le mois de ramadan, la ville de Conakry est très belle par ce que les musulmans sont conformes, ils sont soumis à la volonté d’Allah. Il n’ya pas de musique, pas de vol, pas de braquage tout le monde était content du fait que les maux dont souffrait la population sont stoppés.

Donc, nous pouvons changer comme on a la possibilité de le faire, c’est de continuer à se soumettre avant, pendant et après le Ramadan. Le musulman est celui qui se soumet à Allah. La seule différence est qu’il doit renforcer cette soumission pendant le mois de Ramadan. Il faut suivre le bon chemin, car c’est celui-là qui mène vers Allah.

Propos recueillis par Touré Amadou Oury pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com