Contrairement au bilan fourni hier par la police et qui faisait état de quelques cas d’accidents moins graves à Conakry, certains hôpitaux de la capitale visités ce jeudi, 06 juin 2019 par un reporter de Guineematin.com, relèvent de nombreux accidents, dont certains graves. C’est notamment l’hôpital sino-guinéen de Kipé et le centre médical Mères et Enfants, situé à Kaporo-Rails.

A l’hôpital de l’amitié Sino-guinéenne de Kipé, Dr Lansana Kourouma, chef de service des urgences, a confié que les 4 cas d’accidents ont été enregistrés le jour de la fête. « Effectivement, le jour de la fête, nous avons reçu 4 cas d’accidents. Des accidents graves qui ont nécessité une prise en charge dans le service des soins intensifs de l’hôpital. Heureusement, il n’y a pas eu de mort jusqu’à maintenant », a-t-il annoncé.

Selon lui, sur ces quatre accidents, trois impliquent des motos uniquement et le quatrième a eu lieu entre un véhicule et une moto. « Pour le moment, les victimes sont aux soins intensifs et il n’y a pas eu de cas de morts. Les victimes ont toutes eu des traumatismes crâniens graves et voilà pourquoi ils sont aux soins intensifs. Ce matin même lors de la réunion du staff technique de l’hôpital, on a parlé de l’un d’entre eux qui doit être transféré vers la structure de neurochirurgie parce qu’il n’est plus dans un état de coma », ajoute Dr Kourouma.

Le responsable des urgences de l’hôpital de l’amitié sino-guinéenne a profite de l’occasion pour remercier la direction de son hôpital, et à travers elle, le ministère de la santé qui aurait tout mis à leur disposition pour la prise en charge des cas d’accidents liés à la fête.

Au centre Mères et Enfants de Kaporo-Rails, situé sur la transversale Kipé-Bambéto, Dr Alpha Oumar Diambouria Diallo a fait savoir que l’hôpital a enregistré neuf (9) cas d’accidents le jour de la fête et le lendemain. « Au total, pendant les deux jours (avant-hier mardi et hier mercredi, ndlr) nous avons enregistré au moins 9 cas d’accidents de la circulation. La majorité des cas touche la couche juvénile et est causée principalement par l’état d’ivresse », a-t-il indiqué.

Selon lui, toutes les victimes de ces accidents ont eu des traumatismes crâniens et des plaies qui ont nécessité des prises en charge. « Contrairement aux années antérieures, cette fois-ci, les traumatismes n’ont pas entraîné de perte de connaissance, mais il y a eu des plaies et des fractures ».

Même s’il note une réduction des cas par rapport aux années précédentes, Dr Alpha Oumar Diambouria Diallo invite encore la jeunesse à éviter la consommation de l’alcool. Il déplore également le manque de communication entre les structures sanitaires privées et les services de sécurité qui, dit-il, ne prennent souvent pas en compte les données des cliniques dans leurs rapports.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com
Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com