Maître Abdoul Kabélé Camara, président du Rassemblement Guinéen pour le Développement

Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, le Front National pour la défense de la Constitution (FNDC) a réaffirmé son engagement à lutter contre les velléités de modifier la Constitution guinéenne pour qu’Alpha Condé s’éternise au pouvoir. Les animateurs de ce mouvement, composé d’acteurs politiques, de la société civile, d’artistes et de défenseurs des droits de l’Homme, ont tiré à boulets rouges sur les promoteurs d’une nouvelle Constitution.

Au cours de cette rencontre, on notait la présence des leaders comme Sidya Touré de l’UFR, Dr Ousmane Kaba du PADES, maître Abdoul Kabélé Camara du RGD et de nombreux acteurs de la société civile. Ils ont tous invité les populations à se mobiliser pour défendre les acquis démocratiques pour une alternance en 2020.

Pour Sidya Touré, « beaucoup de gens se sont agglutinés autour du pouvoir pour chanter la possibilité de rester éternellement alors qu’ils ne travaillent pas. Quand vous voyez l’état actuel de la Guinée, vous vous compte qu’on ne travaille pas, mais simplement continuer de bénéficier de prébendes qu’il y a autour du pouvoir. La totalité de nos compatriotes aujourd’hui vit dans la misère absolue. Vous prenez tous les secteurs, vous verrez exactement ou en est aujourd’hui notre pays. Donc, c’est quelque chose qui est un devoir sacré pour nous tous de faire en sorte que le changement arrive rapidement ici et cela plus tard possible, c’est la fin du mandat en 2020. Nous nous inscrivons dans ce cadre là et ce qui a été dit ce matin est le résultat du travail que nous avons effectué et nous continuerons dans ce sens jusqu’à ce que la victoire finale puisse arriver ».

Par ailleurs, Sidya Touré est revenu sur la démission du ministre de la justice, Cheikh Sakho, qu’il a qualifié de geste fort. Selon lui, cette action patriotique a beaucoup contribué à écorner l’image du régime actuel sur le plan international avant d’appeler d’autres cadres à suivre le même chemin. « Dans tout ce que nous venons de dire, nous avons évoqué tous ces gens qui sont en train de piller notre pays aujourd’hui et qui sont en train de militer pour la pérennisation de ce gouvernement. Si des fils de ce pays prennent conscience de cela, malgré leur propre situation, mais prennent en compte le désarroi de leur peuple et posent des actes aussi importants comme ce que nous venons de voir avec la démission du ministre Sakho, nous devons l’évoquer, le saluer et dire à quel point les guinéens ont compris le message qu’il a passé. C’est un message fort qui a entrainé des débats à l’assemblée nationale Française, vous savez pourquoi. Donc, je voudrais vraiment saluer ici le geste posé par notre frère, le ministre Cheikh Sako, posé en faveur de notre pays et je voudrais associer à cela le député Sékou Benna Camara qui également, vient de se dissocier totalement de ce projet funeste qui veut mener notre pays vers une situation dramatique que nous souhaitons éviter. L’acte qu’a posé Cheikh Sako a largement affaibli la position du gouvernement, notamment à l’extérieur. Partout ou vous allez, on vous demande, attendez, le ministre d’Etat ministre de la justice, garde des sceaux, a démissionné. Ça veut dire qu’il y a un problème en Guinée. Merci pour ce geste, j’espère que d’autres fils de ce pays suivront le même pas »

Pour sa part, Ousmane Kaba dénonce l’achat de conscience qui, selon lui, se déroule à Kankan, devenu la cible du pouvoir pour la promotion du troisième mandat. Le président du PADES invite les citoyens à se battre pour une alternance afin de vivre dans la paix et dans la démocratie. « Je voudrais dire, tout comme Kindia, c’est Kankan qui est aujourd’hui visé. Ils sont en train de distribuer beaucoup de milliards pour tromper les braves populations dans une ville où il n’y a ni eau, ni électricité, y a pas de route. Tout le monde est au chômage. Pendant ce temps, on va passer le temps à distribuer l’argent volé, beaucoup d’argent volé. Aujourd’hui, nous sommes à un carrefour. Il faut l’alternance, il faut du sang neuf dans ce pays-là. On ne peut pas continuer dans cette médiocrité, c’est impossible. Donc, c’est pourquoi nous faisons appel à tous les guinéens patriotes à l’intérieur et à l’extérieur pour donner une chance à ce pays, pour ne pas que nous continuons dans cette misère morale, spirituelle et matérielle », a martelé Dr Ousmane Kaba.

maître Abdoul Kabélé Camara, président du Rassemblement Guinéen pour le Développement
Me Abdoul Kabélé Camara

De son coté, maître Abdoul Kabélé Camara, président du Rassemblement Guinéen pour le Développement (RGD), a lancé un message fort au président de la République. « Cadres, personnalités de tout genre, embarqués dans le bateau de la nouvelle Constitution, bateau dirigé par la mouvance présidentielle et à sa tête le chef de l’Etat actuel, je dirai que ceux là qui sont embarqués sur ce bateau sont des passagers clandestins. Monsieur le Président, il faut les débarquer à l’encablure du rivage par ce qu’ils veulent vous conduire vers un destin regrettable. Regrettable, par ce qu’ils ne connaissent que leur intérêt. Monsieur le Président il est temps d’arrêter ce navire qui nous conduira dans l’impasse, dans le déshonneur, dans des situations regrettables. L’alternance doit être assurée en Guinée en 2020 et pour et dans l’intérêt exclusif du peuple de Guinée. On en a tant besoin », a laissé entendre l’ancien ministre de la sécurité.

Touré Amadou Oury pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin