Des citoyens du secteur Garki, dans la sous préfecture de Popodara, préfecture de Labé, ont été alertés dans la matinée de ce vendredi, 07 juin 2019, de la découverte du corps sans vie d’une femme. Le corps de la veuve, en état de décomposition avancé, a été retrouvé flottant dans une rivière, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Selon des informations reçues auprès de la famille de la défunte, la victime s’appelle Ramatoulaye Sow, âgée de cinquante ans. La veuve, protée disparue depuis dix jours, avait perdu son mari il ya de cela deux mois à peine.

L’oncle de la victime, Thierno Mamadou Alpha Sow, est revenu sur la mésaventure de la pauvre dame. « C’est la fille d’une parente. Elle réside à Popodara, mais ses parents sont de Garki. Nous l’avons perdue de vue il y a de cela dix jours. Elle a deux enfants, une fille et un garçon. La fille est mariée et se trouve au Burkina Fasso. Quant au garçon, il se trouve en côte d’ivoire. Elle est sortie nuitamment de son domicile. Au petit matin, sa coépouse l’a appelée pour la prière de l’aube, c’est en ce moment qu’elle a constaté son absence. Elle avait laissé dans sa chambre ses chaussures et sa lampe torche. C’est ainsi que nous avons été alertés. Nous somme sortis pour aller à sa recherche tout en faisant des communiqués radiodiffusés. Elle est un peu dérangée depuis le décès de son mari. Ce n’est que ce vendredi que nous avons été informés de la découverte de son corps sans vie en état de décomposition très avancé. C’est un jardinier qui travaille au bord de ce marigot qui a fait la découverte », a-t-il expliqué.

Pour sa part, Elhadj N’Diaye, président du district de Garki, a confié à notre reporter que c’est les citoyens qui l’ont informé de la découverte de ce corps. Aussitôt, il dit avoir informé à son tour le maire de la commune rurale de Popodara, les services de sécurités ainsi que les médecins.

Le corps de Ramatoulaye Sow a été soustrait des eaux par l’équipe de la croix rouge sous-préfectorale de Popodara. C’est après les expertises du médecin légiste, qui a confirmé la mort par noyade, que le corps de la défunte a été remis à ses parents. Comme le veut la tradition, elle a été inhumée au bord du marigot.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin