Après deux jours de manifestation à Fria, les femmes en colère, qui exigent le départ du préfet Gnalen Condé, ont fini par quitter le bloc administratif de la préfecture. Elles ont momentanément mis fin à leur manifestation mais exigent toujours le départ de madame le préfet qu’elles ne veulent plus sentir, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com dans la préfecture.

La manifestation des femmes, qui a paralysé toutes les activités à Fria, a pris fin grâce à l’intervention de plusieurs acteurs, dont le directeur national des impôts, Aboubacar Makhissa Camara. Même si les femmes ont fini par quitter la cour de la préfecture, elles campent sur leur position, à savoir le départ de madame Gnalen Condé.

Mme Soumah Fatoumata Camara

Selon madame Soumah Fatoumata Camara, une des manifestantes, « Aboubacar Makhissa Camara est venu nous prier pour qu’on quitte l’enceinte de la préfecture. C’est notre fils, il fait beaucoup pour Fria. Donc, on ne pouvait pas refuser de quitter les lieux. Les fils de Fria sont nombreux, mais celui qui s’intéresse à vous, vous devez l’écouter et le respecter. Il nous a dit qu’il est originaire d’ici, son papa et sa maman aussi. Donc, s’il vient nous dire de pardonner à cause de Dieu, on ne pouvait pas refuser. Nous sommes derrière ce qu’il nous a dit. Mais, notre souhait c’est de voir Gnalen Condé partir. Quand ils vont faire le compte-rendu au chef de l’État, nous attendons son décret pour limoger Gnalen Condé. Si Alpha Condé veut gagner à Fria, Gnalen Condé doit partir. Et si Gnalen Condé ne quitte pas, Alpha Condé ne pourra jamais gagner ici », a lancé la dame.

Hawa Bah

Abondant dans le même sens, Hawa Bah a dit que la manifestation n’est pas finie. « On a été sensibilisée par Aboubacar Makhissa Camara pour qu’on libère la cour de la préfecture et de rentrer chez nous. Chose qu’on a acceptée tout en attendant la décision du président Alpha Condé. Si Alpha Condé ne change pas Gnalen Condé, nous allons continuer à manifester », avertit-elle.

Dans la matinée d’hier vendredi, 07 juin 2019, une réunion s’est tenue entre les manifestantes et le Sotikèmo. La démarche vise à constituer une équipe qui va rencontrer Boureima Condé, ministre de l’administration du territoire, pour se pencher sur la question concernant Gnalen Condé. On apprend même que le chef de l’État a reçu un mémo sur la situation qui prévaut dans la cité de l’alumine.

De Fria, Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin