Arrêtés depuis le 31 mai dernier suite à la mort de l’étudiant, Amadou Boukariou Baldé, victime de violences policières, les cours devaient reprendre ce lundi, 10 juin 2019 à l’université de Labé. Mais, cette reprise n’a pas été effective. Des étudiants ont organisé aujourd’hui même une manifestation pour réclamer justice pour leur collègue, a constaté un envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Cette marche des étudiants a démarré devant le siège de la sous-préfecture de Hafia, localité qui abrite l’université de Labé, pour s’achever au niveau d’une place publique de la commune rurale. Tous habillés en blanc, les manifestants scandaient des slogans comme : « Justice pour Amadou ! Plus jamais ça à Hafia ! ». Sur leurs différentes banderoles, on pouvait lire des écrits comme : « Amadou Baldé, que son âme repose en paix, Amen ; Je suis Amadou Baldé, que justice soit faite car il méritait une vie ; nous ne voulons plus du sang ; … ».

Adama Condé, étudiant en licence 3 sociologie,
Adama Condé

Au nom des manifestants, Adama Condé, étudiant en licence 3 sociologie, a dénoncé l’attitude des responsables de l’université de Hafia qui, à ses yeux, ont été les principaux acteurs de ce qui est arrivé à leur collègue, feu Amadou Boukariou Baldé. « Nous avons marché pacifiquement et nous avons terminé pacifiquement. Ils sont en train de mentir pour dire qu’on a commencé la manifestation par la violence et on a tué notre ami, c’est faux. Nous allons leur montrer que c’est faux. Nous allons leur montrer que nous sommes plus intellectuels qu’eux. Nous avons marché pacifiquement et le monde entier saura que nous avons marché pacifiquement. Nous ne sommes pas violents, à bas la violence !

Aujourd’hui, ça se dit partout que les étudiants sont divisés mais nous, nous ne sommes pas divisés. Voilà les étudiants qui suivent la vérité ici. Les négociations qui ont eu lieu au nom des étudiants ne sont que des mensonges. Nous, on ne suit pas le combat-là dans le mensonge. Nous, nous suivons la vérité. On ne va pas vendre l’âme de notre ami, on ne va pas profiter de cette situation pour se faire de l’argent. Non à la violence ! A bas le recteur ! Nous ne voulons plus du recteur, nous voulons son départ », a-t-il dit avec insistance.

Rencontré dans la cour de l’université, Alpha Oumar Tourkoun Diallo, président du collectif des étudiants des universités publiques de Guinée a lui aussi, dénoncé la mort de Boukariou Baldé, qu’il trouve plutôt surprenante. « J’ai été surpris, parce qu’entendre un étudiant décédé dans un campus, et d’une mort comme ça, avec les bavures des forces de l’ordre, je vous assure que cela a été une chose bouleversante pour tous les étudiants guinéens. Les résultats de l’autopsie sont sortis à l’hôpital Ignace Deen, maintenant, nous sommes en train de mener des enquêtes pour situer les responsabilités au niveau des autorités de l’université, des militaires, plus au niveau des étudiants, pour savoir qu’est-ce qui s’est réellement passé», a-t-il dit.

Alpha Oumar Tourkoun Diallo
Alpha Oumar Tourkoun Diallo

Cependant, Alpha Oumar Tourkoun Diallo déplore le non-retour des étudiants dans les salles de classe ce lundi. « Moi j’ai été surpris de ce constat. Parce que depuis que je suis venu, je passe toute la journée à côté des étudiants pour les sensibiliser, pour voir comment est-ce qu’il faut reprendre les cours pour que la justice suive son cours. Hier, on a négocié jusqu’à 22 heures pour que les cours reprennent aujourd’hui, mais à ma grande surprise, on appelle ce matin pour me dire qu’il y a un groupe d’étudiants qui marche et il y a un groupe d’étudiants qui se trouve dans la cours de l’université. Comme vous le voyez, il y a quelques étudiants qui sont là, mais ils ont peur de rentrer dans les salles de classe pour ne pas être surpris par ceux qui sont derrière la cour de l’université», a-t-il indiqué.

De Hafia (Labé), Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin