Comme annoncé dans un précédent article, le président guinéen, Alpha Condé, et son homologue tchadien, Idriss Déby Itno, ont procédé ce mardi, 11 juin 2019, au lancement des travaux du forum sur les énergies renouvelables en Afrique. Une occasion mise à profit par Idriss Déby pour interpeller les partenaires techniques et financiers à respecter leurs engagements pris lors de la COP 21 à Paris dans le cadre de l’électrification de l’Afrique, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le chef de l’Etat tchadien a commencé par reconnaître que des efforts sont en train d’être faits par les pays africains en ce qui concerne la réalisation des engagements pris avec les partenaires pour la création de l’énergie renouvelable en Afrique. Mais selon lui, il faut des moyens pour y arriver. « Nous réitérons notre engagement à poursuivre les efforts que nous avons entrepris avec nos partenaires dans le cadre de cette initiative. Le lancement de l’AREI (l’Initiative Africaine des Energies Renouvelables) au niveau continental répond à un besoin réel.

Aujourd’hui, moins de 2% de la population a accès à l’énergie. Nous avons de l’ambition, des objectifs, nous les avons. Mais, il faut avoir les moyens de ces ambitions aussi. L’énergie n’est pas un produit de luxe, c’est une nécessité vitale aujourd’hui. Il s’agit dans nos villes ou dans nos campagnes. J’ai pris le cas de mon pays où moins de 2% de la population a accès à l’énergie. Donc nous avons un chemin à parcourir si nous voulons éclairer l’Afrique avec de l’énergie renouvelable », a-t-il dit.

Lors de la COP 21 à Paris, les partenaires techniques et financiers s’étaient engagés à investir dans les énergies renouvelables en Afrique. Mais aujourd’hui, ces engagements tardent à se réaliser sur le terrain. C’est pourquoi, Idriss Déby Itno n’a pas manqué de les inviter à réaliser les promesses tenues en faveur de l’Afrique. « Il faut que nos partenaires techniques et financiers qui ont pris des engagements face à nous, face aux populations, face au continent, face aux peuples de l’Afrique s’engagent fortement, réellement à réaliser sur le contient leurs propres engagements pris lors de la COP 21. Les annonces seules ne suffisent pas, il faut que ça soit suivi d’effets. Là, vraiment j’insiste », a lancé le président du Tchad.

En outre, Idriss Déby Itno, qui est le vice coordinateur de l’Initiative Africaine des Energies Renouvelables (AREI), a rappelé qu’ils (les partenaires et les gouvernants) doivent se fixer des objectifs précis dans la vision 2030, afin de garder un environnement favorable pour les générations futures. «Parmi les continents, celui qui a le plus besoin de développement aujourd’hui, c’est l’Afrique. Nous sommes aujourd’hui 1 milliard 200 millions d’africains. En 2030, nous serons peut-être à 1 milliard 500 ou 600 millions d’habitants, et en 2060 ça sera peut-être 2 milliards. Donc moi je n’aurai aucune chance d’être en vie en 2063 ; pas seulement moi, mais nous préparons l’avenir de la génération future.

Donc, c’est un aspect important. Nous devons donc, conformément aux délibérations que nous avons prises, nous engager fortement dans la réalisation des objectifs qui sont précis. Les projets sont là, on peut mettre à contribution le secteur privé qui est une très bonne chose. Mais il faut d’abord que le secteur privé soit encouragé à venir en Afrique dans le domaine de l’énergie renouvelable », estime Idriss Déby.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin