Elhadj Mamadou Badrou Bah, inspecteur régional des affaires religieuses et grand imam de Labé,
Elhadj Mamadou Badrou Bah, inspecteur régional des affaires religieuses et grand imam de Labé

Le comportement d’un conduit la prière en N’ko continue de susciter des réactions à travers le pays. Le grand imam de Labé s’est prononcé sur la question au cours d’un entretien avec le correspondant de Guineematin.com dans la ville. Elhadj Mamadou Badrou Bah déplore cette attitude et indique qu’aucune prière faite dans une langue autre que celle dans laquelle le coran est écrit ne sera exhaussée par Dieu.

« Un fidèle musulman qui prie ou un imam qui dirige une prière dans une langue quelconque autre que les versets du saints coran, il perd son temps, car Dieu ne va pas exaucer cette prière. On ne peut pas prier sans pour autant lire la Fatiha. On n’a pas dit que la prière se fait en arabe, mais c’est tel qu’écrit dans le coran. Si le fidèle musulman fait sa prière sans lire les versets du coran, même si c’est en arabe, sa prière ne sera pas exhaussée.

Chez Dieu, toutes les langues se valent parce qu’il les comprend toutes, c’est lui qui a créé ces langues. Mais, c’est avec le coran qu’on doit prier, tel que c’est écrit, sans traduire. Même si le fidèle connait par cœur la signification des versets avec lesquels il prie dans sa propre langue, sa prière ne sera jamais exhaussée dans sa langue. Il faut forcément lire tels quels les versets du Coran sans rien traduire », a dit le premier imam de la grande mosquée de Labé.

A rappeler que l’imam qui a dérogé aux principes de l’islam en conduisant la prière en langue N’ko a été sanctionné par les autorités relieuses de Kankan. Il lui a été interdit non seulement de conduire la prière dans une mosquée mais aussi de faire des sermons dans les radios.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin