Le gouverneur de la région administrative de N’zérékoré, Mohamed Ismaël Touré, annonce « une guerre sans merci » contre les membres de l’antenne locale du Front National pour la défense de la Constitution (FNDC). L’annonce en a été faite ce samedi, 15 juin 2019, lors d’une rencontre que monsieur Touré a eue avec les chefs de quartiers, les représentants des groupements de jeunes, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Cette rencontre a été présidée par le Ministre de la Santé, Dr Edouard Niankoye Lamah, accompagné de ses collègues de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, de la Pêche et de l’Economie Maritime, Dr Ibrahima Kourouma et Frédéric Loua. On notait également la présence de deux anciens ministres, Rémy Lamah et André Loua.

Le gouverneur de N’zérékoré ne décolère pas depuis les échauffourées mortelles du jeudi, consécutives au refus des autorités de permettre au FNDC de manifester contre le projet de nouvelle Constitution en Guinée. Devant des ministres et anciens ministres de la République, Mohamed Ismaël Touré, n’a pas mâché ses mots contre les membres locaux du FNDC qui doivent être « traqués jusque dans leur dernier retranchement », reprenant ainsi Damaro Camara, chef de la majorité présidentielle au parlement.

A l’entame de la réunion, le gouverneur a tout d’abord déploré les évènements du 13 et 14 juin 2019, avant d’inviter les chefs de quartiers à sévir contre celui qu’il appelle les ennemis. « C’est avec un grand regret que nous avons constaté les dégâts des évènements du 13 au 14 juin dernier, organisé par ceux qui se disent défenseurs de la loi. Une manifestation que nous avons interdite à l’avance. Il faut que le FNDC disparaisse totalement à N’zérékoré, dans tout ses compartiments. Pour que le front disparaisse, c’est vous les chefs de quartiers. Donc, il faut que nous cherchions à mettre les comités de veille qui seront dans les quartiers, dans les secteurs pour essayer de les localiser pour qu’on essaye de les traquer jusqu’à leur dernier retranchement. Ils ne sont plus notre adversaire politique, mais un ennemi à nous », a martelé Mohamed Ismaël Touré.

Pour mettre fin aux activités du FNDC, le gouverneur demande l’appui des chefs de quartiers. Il les invite à démissionner de la tête des quartiers s’ils ne peuvent pas quitter le FNDC. « Ceux sont en adéquation avec ce front-là, c’est le bon moment de démissionner à la tête du quartier. Il faut avoir le courage moral de vous lever, dire vraiment je ne peux pas me débarrasser du FNDC, je démissionne, parce que je ne peux pas me soustraire du front. On va chercher autre pour vous remplacer. Et Si on constate après notre réunion, les membres du même bureau dans ton quartier, c’est toi qui va partir », a-t-il menacé.

En réponse, les chefs de quartiers se sont engagés à dénoncer les membres du FNDC dans leurs zones. Il reste à savoir si cette stratégie va prospérer d’autant plus que les membres du FNDC n’ont pas dit leur dernier mot.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin