Une délégation gouvernementale, conduite par le ministre de l’hydraulique et de l’assainissement, Papa Koly Kourouma, s’est rendue hier lundi, 17 juin 2019 dans la commune rurale de Diecké, relevant de la préfecture de Yomou. Parti procéder au lancement officiel des travaux de construction des bureaux de la sous-préfecture, le ministre en a profité pour inviter les populations locales à soutenir le projet de nouvelle constitution, a constaté un envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

C’est devant une foule en liesse que Papa Koly Kourouma, ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement ; Frédéric Loua, ministre des Pêches et de l’Aquaculture ; Christine Sagno, présidente du Conseil d’Administration de l’ANAFIC et ancienne ministre de l’Environnement ; et le préfet de Yomou, Colonel Issa Camara, ont été reçus par les populations de Diecké. Ils sont venus procéder à la pose de la première pierre de la construction du bloc administratif de la sous-préfecture, dont les travaux sont financés par l’Agence Nationale de Financement des collectivités (ANAFIC).

Après avoir écouté Nyan Kémon Bohamy, le maire de Diecké, et le Colonel Issa Camara, préfet de Yomou, qui ont, tous les deux, fait la promotion d’une nouvelle constitution, le ministre Papa Koly Kourouma a pris la parole. Il a appelé les populations de Diecké à soutenir ce projet qui permettra au président Alpha Condé de briguer un nouveau mandat. « Avant, le Plan Annuel d’Investissement (PAI) des collectivités locales, je prends plus précisément Diecké qui est une zone industrielle, ne dépassait pas 300 millions de francs guinéens. Aujourd’hui, l’édifice en construction seulement va coûter 1 milliard 200 millions et quelques. Soit quatre fois plus que ce que le PAI avait l’habitude d’avoir.

Cela est le produit de la bonne réflexion de monsieur le président de la République qui a pensé que le développement économique de la Guinée commencerait par la base. Il a pensé à la mise en place de l’ANAFIC pour que les fonds collectés par le fonds de développement local soient affectés effectivement à vos programmes annuels d’investissement. Depuis 1958, jamais le gouvernement s’est investi à cette hauteur dans la construction des édifices communautaires. Le président s’est dit, il faut que les ministres aillent sur le terrain, participer non seulement à la pose de la première pierre de ces édifices mais ils ont également la charge d’assurer le suivi des travaux, de les évaluer jusqu’à la fin des travaux.

Il s’est dit, de 2010 à nos jours, les choses ont évolué et positivement. Les préoccupations des Guinéens aujourd’hui ne sont plus ce qui était hier. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Il va falloir l’inscrire dans nos lois, dans notre loi suprême qui est la constitution pour que les actions que nous menons aujourd’hui soient des actions pérennes, qu’il soit là ou pas. Si cela doit faire l’objet de la proposition d’une nouvelle constitution, est-ce que nous allons dire oui ou non ? », S’interroge-t-il devant l’assistance qui a répondu en chœur par le oui.

Poursuivant, Papa Koly Kourouma a dit ne pas comprendre l’attitude des opposants à ce projet de nouvelle constitution. « Je ne vois pas pourquoi nos adversaires politiques vont penser qu’inscrire de telles actions positives dans notre loi suprême est un péché. On se lève partout pour dire non, ça n’aura pas lieu, ce n’est pas possible, mais sans aucun fondement juridique. Rien n’empêche monsieur le président de la République de proposer une nouvelle constitution à son peuple. Il appartient au peuple souverain de dire oui ou non et cela se fait dans les urnes », a-t-il lancé.

Pour le président du parti GRUP et ancien membre de l’opposition républicaine, « ceux qui se mettront dans la rue pour pouvoir protester, contester cette décision sont contre la démocratie. C’est eux qui sont contre la démocratie, soyons vigilants pour ne pas que notre jeune démocratie soit effritée. Le gouvernement, en ce qui le concerne, mettra tout en œuvre pour la liberté d’expression des uns et des autres soit respectée. C’est pourquoi, je vous exhorte à soutenir l’initiative de la proposition d’une nouvelle constitution. Et si cela est fait, votez massivement la même constitution », a-t-il exhorté.

Initialement annoncée dans la soirée d’hier lundi, 17 juin 2019, cette délégation sera finalement reçue ce mardi dans la commune urbaine de Yomou.

De Diecké (Yomou), Siba Guilavogui, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin