Les 34 personnes arrêtées lors de la manifestation organisée par l’antenne régionale du Front National pour la Défense de la Constitution, le 13 juin dernier à N’zérékoré, comparaissent ce mercredi, 19 juin 2019, devant le tribunal instance de cette ville.

Leur procès s’est ouvert ce matin, en présence de leurs avocats : Me Salifou Béavogui, Me Pépé Koulémou et Me Siba Michel Kolié, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Me Salifou Béavogui

Au moment où nous mettons cet article en ligne, trois prévenus se sont succédé à la barre. Et, tous ont nié les faits d’attroupement illégal et troubles à l’ordre public, pour lesquels ils sont poursuivis. Eux tous, assurent avoir été injustement arrêtés et détenus pendant une semaine environ avant l’ouverture de leur procès.

A noter que ce procès s’ouvre au lendemain de l’ouverture de négociations directes entre les responsables de l’antenne régionale du FNDC à N’zérékoré et les autorités locales. Des propositions ont été faites aux activistes anti-troisième mandat pour mettre fin à la crise qui secoue la ville depuis plus d’une semaine.

Mais, le FNDC n’a pas encore approuvé ces propositions puisque celles-ci ne prennent pas en compte ses principales revendications qui sont : la libération des personnes arrêtées à l’occasion de sa manifestation du 13 juin 2019 et le libre exercice de ses activités sur le terrain. L’issue de ce procès pourrait donc être déterminant dans la recherche d’une sortie de crise à N’zérékoré.

A suivre !

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah et Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin