Les populations impactées par le projet d’énergie électrique de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS), dans son volet interconnexion, ne sont pas contentes. Le faible montant destiné à leur indemnisation liée au passage des poteaux de haute tension dans certaines parties de la ville de Boké est la cause de leur mécontentement, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les populations concernées par cette indemnisation sont sur l’emprise des poteaux de haute tension. Elles sont localisées dans les quartiers de Wakriya et de Djoumaya, dans la commune urbaine de Boké, et dans quelques districts de la sous-préfecture de Malapouya.

Mais, après recensement et la distribution des coupons d’identification, cette indemnisation de la part de l’OMVS a été jugée dérisoire par les citoyens dans la journée de ce jeudi, 20 juin 2019. Les montants proposés sont loin de faire l’unanimité chez les personnes impactées.

Le responsable de la mission, de nationalité sénégalaise, n’a pas voulu se prêter aux questions de notre reporter malgré ses sollicitations.

Aly Camara

Les populations qui sont concernées par cette ligne de haute tension refusent pour la plupart le montant proposé pour leur indemnisation. C’est le cas d’Aly Camara du secteur Kanthienguery, dans le quartier Wakriya. Pour lui, il n’est pas question de prendre le montant proposé par les missionnaires. « Les gens nous ont appelé pour nous indemniser. Mais, l’argent qu’ils ont annoncé est très petit. C’est dans ces terres qu’on travaille depuis nos ancêtres, c’est là qu’on gagne notre nourriture. Nous sommes plus de 100 personnes et c’est deux millions de FG seulement qu’on nous a donné », dénonce-t-il.

Souleymane Sampou

Même son de cloche chez Souleymane Sampou, chef de secteur de Borria, qui est tout aussi catégorique. « Ils ont dit que toute la communauté doit avoir 6 millions de FG, et moi je ne peux pas prendre ça et montrer à toute une communauté. Normalement, nous devrions avoir 2 milliards pour notre communauté », estime-t-il.

Mais, selon un membre du comité local de coordination et du suivi du projet au niveau de la préfecture de Boké, « ce projet d’électrification des pays membres de l’OMVS a une ligne électrique qui doit traverser tous les pays avec 1.600 Km pour un financement de 1,2 milliards d’euros. Déjà, sept (7) sociétés sont recrutés pour la construction de la ligne d’interconnexion ».

Plus loin, notre interlocuteur du comité local de coordination et de suivi du projet, qui a requis l’anonymat, précise qu’une « erreur de communication s’est produite lors de nos prestations. Si non, les citoyens doivent savoir que nous, on n’est pas une société minière. Nous, nous n’achetons pas les parcelles, c’est juste 40 mètres et nous allons travailler pendant 18 mois et après ce délai, ils peuvent revenir pour continuer à cultiver. Nous payons juste les plantes que nous allons détruire ».

Aux dernières nouvelles, certains citoyens ont fini par accepter le montant proposé. Par contre, d’autres ont carrément refusé. Pour ces derniers, notre source ajoute que l’OMVS va repartir sur le terrain pour revoir l’immensité des dommages avant d’y faire face à nouveau.

Nous y reviendrons !

De Boké, Abdourahmane N’DIARÉ Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin