Rien ne va plus entre les structures de base du RPG Arc-en-ciel de Siguiri. Les sections nouvellement créées dénoncent les anciens responsables des quatre anciennes sections et ont apparemment envie d’en découdre. L’attribution de cinq (5) places à des militants pour le pèlerinage à la Mecque (le Hajj) et le don de sacs de riz sont à la base des problèmes, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

En effet, la restructuration du RPG Arc-en-ciel, le parti au pouvoir, il y a de cela deux mois, a conduit à la mise en place de huit sections à Siguiri, dirigées par huit nouveaux jeunes aux dents longues. Ces derniers ne sont pas en odeur de sainteté avec les 4 secrétaires généraux des 4 anciennes sections. L’attribution de cinq places pour le Hajj et le don d’une certaine quantité de riz aux militants par le président Alpha Condé est la source du malentendu, apprend-on.

Selon Mohamed Keïta, nouveau secrétaire général de la section Bolibana1, « chaque année, depuis 3 ans maintenant, le président offre à chaque préfecture des places pour le hajj. Cette année 2019, il a donné 5 places à Siguiri pour récompenser ses militants. Dans la nouvelle structure du parti, une fédération est prévue dans chaque préfecture, mais aucune fédération n’est installée d’abord. La délégation qui est venue a confié toutes les activités du parti aux sections. Nous pensions, quand le président donné 5 places à Siguiri, que ce sont les 8 secrétaires généraux des 8 sections qui devaient procéder aux choix des candidats. Mais, les anciens secrétaires généraux se sont retrouvés pour choisir sans nous consulter. Quand nous avons riposté, il y a eu des bonnes volontés qui ont plaidé. Ensuite, le président a offert 400 sacs de riz, le même comportement s’est produit. C’est pour cela que nous leur avons demandé de déguerpir du siège », a-t-il expliqué.

Pour sa part, Sékouba Traoré, secrétaire général de la section de Siguirikoro2, a mis en garde les anciens. « Il y avait 4 sections, quand la délégation était là pour l’installation, ils ont dit qu’ils tiendraient l’installation de la fédération pour être dans ce bureau. Maintenant, pour quelle raison ils nous empêchés de travailler ? Ils ne veulent pas quitter le siège. Le parti n’est pas la propriété familiale de quelqu’un, la démagogie est finie, les trafics d’influence sont finis », lance-t-il.

A signaler que les anciens secrétaires généraux n’ont pas voulu répondre à nos questions.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin