Enquêtes sur le meurtre de Boukariou : le gouverneur de Labé provoque une autre colère des étudiants guinéens

23 juin 2019 à 21 09 30 06306

La Fédération Estudiantine de Guinée (FEG) vient de piquer une nouvelle colère contre le gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Elhadj Madifing Diané qu’elle accuse d’être « rusé » et d’avoir « une capacité inouïe de fourberie et de roublardise », rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Selon le président de la Fédération Estudiantine de Guinée (FEG), Daouda Obama Bah, le rapport des premières enquêtes est sorti.

« C’est un rapport vide de sens, qui est sans importance. Après tout ce qui s’est passé, on incrimine un seul enseignant qu’ils ont décidé de poursuivre pour incitation à la révolte, comme s’il n’y a pas eu mort d’homme. Le gouverneur dit qu’il endosse la responsabilité alors que tout le monde sait que c’est une simple fourberie, de la démagogie pure et simple. C’est inconcevable. On ne peut même pas accepter ça » regrette Daouda Obama Bah.

Il semble que les étudiants détiennent des éléments qui incriminent le premier détachement des forces de l’ordre qui ont été déployées dans le campus dans la matinée du vendredi, 31 mai 2019.

« Le commandant de la première jupe d’intervention doit répondre. Il semble que dès que cette équipe de la police est arrivée, avec toute la colère qu’il faut, toute l’énergie qu’il faut, les éléments en uniforme se sont jetés sur le jeune. Ils l’ont battu à mort. En matière pénale, personne ne peut endosser la responsabilité d’un crime commis par un autre, parce que dans l’article 15 de la Constitution guinéenne, il est clairement dit nul n’est tenu d’exécuter un ordre manifestement illégal » précise-t-il.

La coordination aurait décidé de ne plus parler avec le gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Elhadj Madifing Diané qui semble avoir déçu plus d’un étudiant.

« Il est très rusé. Il a une capacité inouïe de fourberie. Je ne vais plus échanger maintenant avec lui, parce que je sais ce qu’il prépare. C’est seulement Benté qui est incriminé. Il est clairement dit dans le rapport que monsieur Benthé est poursuivie pour incitation à la révolte. On dirait qu’il n’y a pas eu mort d’homme. Je peux comprendre qu’on cherche à situer les responsabilités. Après tout, un certain nombre de personnes doit être incriminé pour contribuer à la manifestation de la vérité. Mais, non ! C’est dommage ! » déplore le président de la Fédération Estudiantine de Guinée (FEG).

Aux dernières nouvelles, Guineematin.com a appris qu’une importante délégation des étudiants de Guinée est attendue, ce lundi, 24 juin 2019, chez le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé à qui la coordination compte exprimer clairement toute la déception ressentie à la lecture du premier rapport d’enquête élaboré par les autorités de Labé.

Lire

Guinée : plus 300 jeunes filles formées par la JCI Conakry Leaders en Informatique

23 juin 2019 à 21 09 14 06146

La Jeune Chambre Internationale (JCI) Conakry Leaders a clôturé ses travaux de formation en Informatique de plus de 300 jeunes filles à Conakry et dans certaines préfectures du pays. La cérémonie, organisée ce samedi, 22 juin 2019, a connu la présence de plusieurs jeunes filles, notamment des élèves venues des écoles de la capitale, des responsables des établissements scolaires, des cadres de l’ARPT et des membres de la JCI Conakry Leaders, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon les organisateurs, la JCI Conakry Leaders a organisé une séance de formation d’un mois en faveur de plus de 300 jeunes filles aux logiciels informatiques de base, notamment en Dactylographie, Windows, Word et Excel. Ce sont les 5 Communes de Conakry et les préfectures de Fria et de Kindia qui en ont été les bénéficiaires avec le soutien de l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (ARPT).

Pour Salifou Mabinty Camara, directeur du projet TIC 2019, « les objectifs de ce programme de formation étaient de permettre à chaque jeune fille, non seulement de recevoir l’instruction à laquelle elle a droit, mais aussi de donner le meilleur d’elle-même et, à partir de ses qualités, devenir une citoyenne modèle, éclairée et désireuse de participer à la constitution d’une société plus prospère, plus fraternelle et plus belle.

Car, dans un monde en pleine mutation que nous vivons aujourd’hui, il serait vain de s’opposer à l’apprentissage des savoirs fondamentaux (lire, écrire et compter) à l’acquisition de nouvelles compétences qui sont devenues indispensables pour la résolution collective de nos problèmes, mais aussi pour la maîtrise des outils informatiques »

De son côté, la présidente exécutive locale de la JCI Conakry Leaders, Rouguiatou Diallo, est revenue sur les acquis et les défis de la structure qu’elle dirige. « Le chiffre de 2019, qui totalise 1000 jeunes filles formées depuis le début du programme, traduit à la fois une fierté mais également une satisfaction et un nouvel engagement pour l’ambition de former 1500 jeunes filles d’ici 2020.

Le prochain défi des 500 jeunes à former en 2020 anime donc fortement notre détermination à soumettre un document de plaidoyer à l’endroit de l’ensemble nos partenaires afin qu’ils nous accompagnent à fièrement atteindre cet objectif de formation de 1500 jeunes filles. Ce qui contribuera à honorer nos engagements et à renforcer notre image de grande organisation citoyenne qui ambitionne de faire une vision objectivement atteignable tout en donnant les meilleurs moyens de sa réussite », a laissé entendre Rouguiatou Diallo.

Au nom de ses collègues, Maciré Touré, élève de la 9ème année, au collège Hadja Aissatou de Matoto, a dit toute sa satisfaction devant ce geste. « C’est un plaisir de vous parler de ce projet qui nous a permis de manipuler l’ordinateur. Ce projet est un projet qui permet aux jeunes filles d’entrer dans le monde de la technologie. C’est un outil qui est essentiel pour l’épanouissement de toute société qui se veut moderne. Nous vous remercions, vous les organisateurs, pour tout ce que vous faites pour les jeunes filles à travers la maîtrise de l’informatique qui est aujourd’hui fondamentale pour toutes les sociétés », s’est félicitée la jeune collégienne.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Lire

Examen de sortie des écoles professionnelles : 1718 candidats concernés pour la région de N’zérékoré

23 juin 2019 à 20 08 44 06446

Les épreuves théoriques de l’examen de sortie dans les écoles professionnelles et techniques seront lancées demain lundi, 24 juin 2019 sur toute l’étendue du territoire national. Dans la région administrative de N’zérékoré, ils sont au nombre de 1718 candidats repartis dans six (06) centres à affronter cet examen, a appris sur place Guineematin.com à travers deux de ses reporters.

Les candidats des écoles professionnelles et de l’enseignement technique seront soumis à l’examen de sortie le lundi, 24 juin 2019 à travers tout le pays. Cette première partie du concours portera sur les épreuves théoriques.

A quelques heures du lancement des épreuves, Jean Guilavogui, inspecteur régional de l’enseignement technique, de la formation professionnelle de N’zérékoré, a donné des détails sur ces examens. Selon lui, « notre région administrative déjà abrite six (06) centres. Nous avons l’ENI, qui constitue un centre ; le CFP, l’Ecole des Soins de santé, Macenta, Guéckédou et Beyla. Cette année, nous avons 1718 candidats tous profils confondus.

Le centre ENI de N’zérékoré va prendre 445 candidats. Le CFP ne peut pas abriter beaucoup de candidats. Donc, nous allons déporter notre lieu d’examen au lycée Alpha Yaya Diallo qui va abriter les deux centres. L’effectif des deux centres réunis fait 995 candidats qui seront ensemble. L’ENAE de Macenta aura 80 candidats. Gueckédou, plus l’école privée, le CFP et l’ENI, nous fera 152 candidats ; et, Beyla aura 46 candidats ».

En ce qui concerne les dispositions prises pour le bon déroulement des épreuves, placées sous le slogan « Tolérance Zéro », l’inspecteur régional de l’enseignement technique, de la formation professionnelle soutient que tout est prêt. « Par rapport au département, les fournitures sont arrivées à temps. Les délégués aussi sont déjà dans les différents lieux de centres et, nous nous sommes permis de prendre ces différents délégués pour aller rendre visite aux autorités régionales, préfectorales et communales, c’est-à-dire en signifiant leur présence.

Les centres sont aménagés par le service examen, son équipe est sur le terrain et les PV sont déjà sur les tables. Par rapport aux candidats, il faut une très bonne tenue, avec des cartes Spécial Examen. Comme nous réunissons les jeunes, chaque centre sera doté d’une équipe sanitaire. Parce qu’il y a des cas d’éventuelles maladies. En dehors de ça, il y a la sécurité aussi. Au niveau administratif, il y a un chef de centre, un rapporteur et un secrétariat pour le bon fonctionnement desdits examens au niveau des centres », rassure Jean Guilavogui.

Pour ce qui est des mesures prises pour éviter la fraude, Jean Guilavogui a lancé un message aux candidats. « L’usage du téléphone est complètement interdit au niveau des centres. Ensuite, le travail est individuel et non collectif. Donc, il faudrait que le candidat soit capable de répondre à l’attente de la formation. Parce que l’évaluation, c’est le moment utile de la formation.

Les candidats doivent apporter du sérieux, être à l’heure, porter les cartes, et répondre convenablement aux questions posées. Je leur souhaite bonne chance et je voudrais qu’à l’issue de ces examens, après un classement général, que nous disons que N’zérékoré a occupé la première place, c’est-à-dire les dix premiers de la République », souhaite-t-il.

Pour les six centres d’examen de la région de N’zérékoré, 86 surveillants ont été retenus en raison de deux par salles. Selon nos informations, le lancement officiel des épreuves sera fait par le ministre de tutelle, Lansana Komara.

De N’zérékoré, Siba Guilavogui et Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel: 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Madagascar-Guinée : les notes des joueurs guinéens (Par Saliou Samb)

23 juin 2019 à 20 08 22 06226

Il ne fallait pas être cardiaque en regardant le match Madagascar-Guinée, comptant pour la première journée de la 32ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Le curseur des émotions est passé par toutes les étapes, dans un match pourtant largement à la portée du Syli national.

De la lumière à l’ombre, avant que suite à un dégagement de la défense guinéenne, le capitaine Ibrahima Traoré, au bout d’une course intelligente, oblige les défenseurs malgaches à concéder un pénalty. Le Bordelais François Kamano fera le reste, avec la classe d’un grand joueur, ce qui a permis de sauver les meubles dans un tournoi où chaque point vaudra son poids d’effort.

En considérant l’ensemble du match, la Guinée peut nourrir des regrets. Sur des actions clés, ses joueurs ressasseront surtout leur manque d’agressivité et de concentration devant des adversaires qui affichaient des limites techniques évidentes, surtout en défense. Ils ont aussi touché du bois (Kaba) et manqué parfois de lucidité (Traoré). Qu’importe, à 2 buts partout, face à un « petit poucet », il est clair que le Syli n’a pas réalisé une bonne opération. Avec un Nigeria favori, il ne serait pas prudent, pour un Syli en rodage, de tout miser sur le prochain match (même si le Syli est habitué aux exploits face aux grandes équipes !).

Or, Madagascar et Burundi doivent s’affronter au prochain match, le 26 juin, et dans tous les cas de figure, l’équation sera difficile à résoudre. Si le Burundi remporte la partie contre les Bareas, les Hirondelles joueront le match de leur vie face au Syli lors de la dernière journée le 30 juin. Dans ce cas, on n’aura pas besoin d’être un technicien de haut niveau pour imaginer que ce sera extrêmement difficile, même si l’avantage logique restera à la Guinée.

Si par contre les Bareas remportent la partie, il ne faudrait surtout pas que la Guinée affiche un résultat négatif contre le Nigeria. Car, dans cette hypothèse, Madagascar pourrait fermer le jeu contre le Nigeria et espérer au moins un match nul, ce qui est dans les cordes de cette équipe volontariste et capable d’accrocher les plus grands. Pour revenir à la Guinée, le point pris contre Madagascar sera important pour la suite de cette compétition où seuls les premiers et deuxièmes des matches de poules sont directement qualifiés, suivis des meilleurs troisièmes. Voici les notes du match, côté guinéen.

Ali Keïta, gardien de buts (6) : Si sa responsabilité n’est pas engagée sur le second but, sa sortie n’a pas été judicieuse sur le premier but d’Anicet. A part cette demi-erreur, Keïta a assuré comme d’habitude. Ce gardien est une valeur sûre de la sélection guinéenne.

Mikael Dyrestam (5,5) : L’arrière latéral droit guinéen, peut être intimidé par l’enjeu, n’a pas été à son aise sur l’ensemble de la partie. Sur le premier but malgache, sa position statique a facilité la tâche à l’adversaire. Placé juste devant le défenseur malgache (Julian Janvier était juste positionné derrière le Malgache), il se saute pas pour gêner Anicet Abel qui a pu placer sa tête. Dyrestam a apporté cependant un plus dans la stabilité au niveau du flanc droit mais il doit absolument muscler son jeu. A encourager.

Simon Fallette (6) : Il a livré un match correct sans être époustouflant. Sur les deux buts, il n’est directement fautif. Sur le premier, il surveillait la zone du point de penalty, et sur le second but adversaire, ce n’est pas lui qui est en contact avec l’attaquant malgache buteur.

Julian Jeanvier (5,75) : Il a apporté un plus dans la tenue de l’axe central mais sur le second but d’ « Andrea » c’est lui qui est au contact. Malheureusement, il a manqué de vivacité et de sens de l’anticipation. Peut faire beaucoup mieux.

Issiaga Sylla (7) : Tant défensivement qu’offensivement, l’arrière latéral gauche guinéen a été très en verve dans la partie livrée contre les Baréas. Il a d’ailleurs, sur les dernières minutes pris des responsabilités claires en tentant de déséquilibrer l’équipe malgache alors que le score était de 2 buts partout. En vain, mais l’attitude est très intéressante. Très bon match.

Amadou Diawara (7) : Le joueur de Naples a été très en vue dans cette partie âprement disputée. Il est l’auteur de la passe lumineuse qui permet à Sory Kaba d’ouvrir le score. Il a bien défendu et fait des relances propres. Très bon match.

Ibrahima Cissé (6,5) : Très à l’aise en première période, le joueur de Fulham a livré une bonne copie. Sur une des actions dangereuses dans la défense malgache, une bonne conduite de balle lui aurait ouvert le chemin pour un face à face qui aurait pu finir par un but. Bon match.

Mady Camara (6) : Il a été bon. Sa relation avec les deux autres pièces importantes du milieu de terrain a bien fonctionné en première période. Surpris parfois par l’engagement des Malgaches, il a tiré son épingle du jeu en dépit des circonstances et d’une défense qui s’est fait surprendre par deux fois.

François Kamano (6) : On a connu un meilleur Kamano, mais le joueur de Bordeaux est toujours aussi déterminé dans l’attitude. Plein de sang froid sur le penalty, il a assuré l’essentiel pour éviter une défaite qui aurait compliqué les choses. On aura besoin d’un Kamano au sommet de son art pour espérer battre le Nigeria. Son remplacement semble être dû à la fatigue.

Ibrahima Traoré (7) : Toujours aussi percutant balle aux pieds, il est monté en puissance progressivement au fil du match et a pris ses responsabilités, surtout après le second but adverse. Son rush sur l’action décisive du penalty montre tout son potentiel. Toutefois, le capitaine du Syli devrait gagner en sérénité ; sur deux actions importantes, il a fait dans la précipitation. Sur la première occasion de but, il bute en frappant sur le gardien parce qu’il n’a pas eu la lucidité de piquer le ballon au-dessus. Sur la seconde action, il élimine l’adversaire dans la surface et se précipite dans sa frappe. Il a tout de même été rassurant dans ses efforts défensifs et surtout dans son implication dans le jeu. Très bon match.

Sory Kaba (9) : Il a été de loin le meilleur des 11 joueurs guinéens dans cette partie. Il a pesé durant tout le match sur la défense malgache, à la limite de la rupture. Il marque le but après un geste plein de classe et surtout, au départ, un appel de balle digne d’un grand attaquant. Très présent, collectif, batailleur, Kaba a même joué de malchance en touchant le poteau. Après son remplacement à la fin du match la défense malgache a soufflé. Excellent match.

Naby Keïta (non noté) : Son entrée en jeu éclairé le jeu guinéen et permis le jeu vers l’avant. Les supporters sont au moins rassurés de voir que « Deco » a repris la compétition sans alerte. Très bon début.

Fodé Koita, Mohamed Yattara (non notés) : Pas une très grande influence dans le jeu.

Ce contenu n’engage pas Guineematin

Lire

Journalisme : 75 diplômés de l’ISIC reçoivent leurs certificats, au terme d’une formation de 3 ans

23 juin 2019 à 11 11 52 06526

C’est au terme d’une formation offerte à 75 diplômés, tous issus de la 8ème promotion de journalisme de l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication (ISIC) de Kountia, que cette cérémonie de remise de satisfécits a été organisée.

Ces 75 étudiants étaient répartis en 3 groupes pédagogiques de 25 étudiants autour des thématiques suivantes : Industries extractives et environnement, Droit de l’Homme et culture de la paix, et enfin Démocratie et bonne gouvernance.

Financée par OSIWA Guinée, cette formation a duré 3 ans (2014-2017) et a permis aux bénéficiaires d’acquérir des connaissances dans le traitement de l’information sur ces thématiques.

« Nous sommes fiers de ces satisfécits et de notre formation qui nous donne des atouts importants pour notre vie professionnelle. Durant ces années de formation, nos encadreurs et les experts formateurs n’ont ménagé aucun effort pour nous donner le maximum d’eux-mêmes », a témoigné Mariame Kourouma, bénéficiaire de la formation.

Principal initiateur dudit projet, Dr Bangaly Camara, Directeur Général de l’ISIC, a profité de cette occasion pour exhorter ses anciens étudiants à mettre en pratique les connaissances acquises et à aller en profondeur dans la recherche et le traitement de l’information. Il annonce également la poursuite de ce projet de formation afin de préparer des journalistes spécialisés.

« Nous allons essayer de faire prospérer cette initiative. C’est une initiative qui est venue et nous avons essayé de l’exploiter puisque nous sommes en train de voir l’efficacité dudit projet sur le terrain. Des étudiants qui ont été formés dans ces thématiques sont en train de faire un bon boulot sur le terrain. Même si on n’a pas d’autres financements immédiats, mais on verra avec notre collaborateur, comment on peut récupérer cette formation, ne serait-ce qu’en organisant des séances de séminaires. L’objectif est de former une pépite de journalistes spécialistes des questions de droits de l’homme, des mines et aussi de bonne gouvernance », a-t-il indiqué.

Il faut noter que nombre de ces diplômés bénéficiaires de cette formation, évoluent déjà dans des rédactions non les moindres, où ils traitent des questions liées à ces différentes thématiques.

Lire

Conakry : des anciens élèves du groupe scolaire Sainte Marie assainissent et reboisent l’école

23 juin 2019 à 11 11 42 06426
Exif_JPEG_420

Les anciens élèves de la promotion 2002 du prestigieux groupe scolaire Sainte Marie de la Bellevue ont pensé à leur école en y procédant à une journée d’assainissement et de reboisement. Cette activité, menée ce samedi 22 juin 2019, se situe dans le cadre de la journée de l’environnement. Cette première édition a connu une forte mobilisation avec le thème « mon école est la plus belle, n’en faisons pas une poubelle », a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette activité des anciens élèves de la promotion 2002 de la Sainte Marie a bénéficié de l’appui de la BICIGUI (Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie en Guinée). Pour cette occasion, le représentant de la BICIGUI, les anciens élèves de la promotion de 2002, et le Directeur Général du groupe scolaire de Sainte Marie, ont assaini et reboisé 50 cocotiers aux alentours de la bordure de mer. Selon les organisateurs, cette démarche vise à empêcher l’avancée de la mer.

Mamadou Sanou Diallo, en charge de la RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale) à la BICIGUI, a fait savoir que « dans le cadre de nos orientations stratégiques la BICIGUI, en collaboration avec l’institution Sainte Marie et les anciens élèves de la promotion 2002 ont décidé d’organiser cette journée riche en activités… Cette action vise à inculquer à nos jeunes frères et sœurs l’amour de la nature et l’impérieuse urgence de la protection de l’environnement. Ils devront être nos ambassadeurs auprès de leur entourage afin de véhiculer le bon message et adopter les bonnes pratiques environnementales ».

Par ailleurs, monsieur Diallo a dénoncé les multiples agressions que subit notre environnement dans une indifférence quasi-générale. « Chaque jour nous voyons comment la nature souffre de l’indifférence et de la négligence des personnes, dont le comportement nuit à notre environnement. Nous aimons la nature et ses cadeaux, néanmoins notre reconnaissance ne pourrait se traduire que par les actions pérennes comme celles que nous allons entreprendre aujourd’hui.

Tous ensemble, à travers notre engagement, nous démontrons que le bénévolat n’a pas d’obstacle ni d’âge, et une étude profonde est actuellement en court pour impliquer plus d’acteurs de l’éducation au tour de cette cause noble qui nous interpelle tous.

Pour ce qui est du choix porté sur la Sainte Marie, Mamadou Sanou Diallo, lui-même ancien de cette école, a dit qu’il n’est pas fortuit. « Je suis toujours fier de cette école qui m’a beaucoup donné et à laquelle je dois énormément. Accompagner la Sainte Marie dans son engagement d’amélioration du cadre d’études des élèves n’est pas chose difficile de par les fondements déjà mis en place par sa direction générale.

Cette responsabilité environnementale se traduit par l’existence d’un responsable de l’environnement et la sécurité, d’un certain nombre d’élèves qui font partie du comité environnement, aussi de poubelles à chaque coin et recoins permettant de différencier les déchets plastiques et autres. Ce dispositif est soit rare et même inexistant dans la plupart des écoles tant à Conakry et encore pire à l’intérieur du pays.

Cette journée nous donne l’occasion d’agir à notre échelle pour l’environnement et de participer ainsi à un mouvement ayant un impacte positif et durable de notre écosystème. Elle sera axée sur une sensibilisation, de l’assainissement et du reboisement », a-t-il laissé entendre.

Pour sa part, Aboubacar Sidiki Dramé, un autre représentant de la promotion 2002, a dénoncé « notre » irresponsabilité à préserver la terre que nous ont laissée nos ancêtres. « Notre responsabilité c’est de dire que nous, nous avons échoué, parce qu’on n’a pas été capable de préserver la terre que nous avons reçu de nos aînés. Que ce soit ici, à la maison, n’acceptez jamais que les arbres soient abattus sans qu’ils ne soient remplacés par d’autres. Ne la salissez pas cette terre, parce qu’elle est la vôtre. Elle nous appartient et nous avons l’obligation de l’entretenir », a conseillé Aboubacar Sidiki Dramé.

Interrogé par notre reporter, le directeur général du groupe scolaire Sainte Marie, Gérard Ngor Diouf, a dit sa grande surprise devant cette activité qui s’est tenue dans son école. « Ça a été une surprise agréable lorsque j’ai reçu monsieur Sanou Diallo, qui était venu justement me faire part de leur projet, des anciens de la promotion 2002, en collaboration avec la BICIGUI, de mener une action sur la gestion de l’environnement. Pour le moment, ce que nous voulons en interne, c’est sensibiliser reboiser et assainir », a dit le DG de Sainte Marie.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Mois de l’enfant : une journée récréative dédiée aux enfants du personnel des ministères des finances et du budget

23 juin 2019 à 10 10 41 06416

Dans le cadre de la célébration du mois de l’enfant, le service genre et équité du ministère de l’économie et des finances a organisé une journée récréative en faveur des enfants du personnel du ministère de l’économie et des finances et celui du budget. Organisé ce samedi, 22 juin 2019 à la Bluezone de Kaloum, l’événement vise à permettre à ces enfants de se familiariser, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

C’est madame Keïta Bountouraby Soumah, chef service genre et équité au ministère des finances qui a eu l’initiative d’organiser cette rencontre. Elle a réuni les enfants du personnel de son département et celui du budget pour leur permettre de se connaître et se familiariser. « J’ai pris l’initiative, sous le contrôle de mon ministre, de faire une rencontre récréative en faveur des enfants du personnel de deux départements, à savoir :

Le ministère de l’économie et des finances et le ministère du budget. Mon objectif était de réunir les enfants pour qu’ils sachent qu’il y a une autre famille à part celle qu’ils connaissent à la maison ; là où leurs parents travaillent aussi est une autre famille pour eux. Donc j’ai pensé à regrouper les enfants pour leur montrer que les parents, quand ils quittent la maison, ils sont aussi en famille », a-t-elle expliqué.

Une initiative saluée par les bénéficiaires par l’intermédiaire de leur porte-parole, Koumba Catherine Tembadouno. « On est des enfants exposés au viol, à la mendicité, aux travaux forcés et au trafic d’enfants. Cette rencontre récréative, organisée aujourd’hui en ce mois de juin qui nous est dédiée, est une joie immense pour nous car elle nous permet de nous connaitre entre nous enfants et aussi les parents entre eux. A cet effet, nous lançons un appel aux parents, les partenaires sociaux, l’OPROJEM et madame la ministre de l’action sociale, de continuer à assurer notre protection car nous sommes la relève de demain », a plaidé cette jeune fille.

Venus accompagner leurs enfants à cette journée, les membres du personnel des deux départements ministériels concernés ont exprimé aussi leur satisfaction par rapport à cette activité. « Nous avons des sentiments de joie en accompagnant ces enfants à cette journée récréative qui leur est dédiée. Ce que nous déplorons, c’est que les cadres n’ont pas fait le déplacement. Cette première édition vise à réunir les enfants pour qu’ils puissent se connaitre. Le mois de juin est reconnu comme mois de l’enfant. Donc, ils doivent se retrouver et jouer ensemble », a dit Sâa Gabriel Tembadouno, inspecteur des finances.

Touré Amadou Oury pour Guineematin.com

Lire

Guinée-Madagascar : Cellou Dalein regarde le match avec ses militants au siège de l’UFDG

23 juin 2019 à 10 10 05 06056

La mobilisation était totale à Conakry ce samedi, 22 juin 2019, jour de l’entrée en lice de la Guinée à la Coupe d’Afrique des Nations qui se joue en Egypte. Le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a installé un écran géant au siège de son parti, à la Minière, pour suivre le match avec ses militants. Mais, l’opposant qui n’aime pas voir son équipe perdre, a quitté les lieux avant même la fin de la rencontre, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Grand supporter du Syli national, le chef de file de l’opposition guinéenne n’a pas souhaité regarder le premier match de la Guinée à la CAN 2019 dans son salon. Il a préféré se rendre au siège de son parti où il a installé un écran géant pour partager ce moment avec des responsables de l’UFDG, la jeunesse et tous les fans du ballon rond.

Le président de l’UFDG qui avait misé sur une victoire (2-0) de la Guinée, a pu savourer, dans une ambiance festive, l’ouverture du score de Sory Kaba à la 35ème minute. L’équipe guinéenne faisait ainsi la moitié de ce que Cellou Dalein Diallo attendait d’elle.

Mais, le reste ne s’est pas passé comme le principal opposant guinéen l’avait prévu. En l’espace de 6 minutes, la Guinée s’est fait rejoindre au score (49’) et a été menée par les malgaches (55’). Et, ne pouvant pas voir son équipe perdre, le leader de l’UFDG a quitté les lieux deux minutes seulement après le second but malgache (57’).

Il n’a pas pu assister à l’égalisation guinéenne grâce à un pénalty obtenu par son capitaine, Ibrahima Traoré, et transformé par François Kamano. Reste à savoir si Cellou Dalein Diallo, visiblement pas content de cette première sortie de la Guinée, sera au siège de son parti pour suivre le prochain match du Syli national face au Nigeria.

Mamadou Diouldé Diallo était au siège de l’UFDG pour Guineematin.com

Lire

Zéro candidat au BAC 2019 : le DPE de Lélouma dénonce la sortie « d’un député en perte de vitesse »

23 juin 2019 à 8 08 58 06586
Souleymane Kaba, Directeur préfectoral de l'éducation de Lélouma
Souleymane Kaba, Directeur préfectoral de l’éducation de Lélouma

Le directeur préfectoral de l’éducation (DPE) de Lélouma, Souleymane Kaba regrette la sortie médiatique « d’un député uninominal en perte de vitesse » au sujet de la situation de l’école dans sa préfecture qui ne présente aucun candidat au baccalauréat unique, session 2019, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

La sortie médiatique de l’honorable Dr Ibrahima Diallo qui demande son « départ pour manque de résultats » semble faire rire le directeur préfectoral (DPE) de Lélouma, Souleymane Kaba.

« Il est toujours comme ça. Il ne joue pas le rôle qu’il doit jouer en tant que député. Il cherche toujours un bouc émissaire par rapport à cette situation. Ce que je peux vous dire est que dans les conditions normales le lycée Diala présente 26 candidats. Les parents ont fait transférer les enfants. S’ils font transférer les enfants, en quoi je suis responsable dans cette démarche ? » s’interroge le DPE de Lélouma.

Les parents d’élèves semblent avoir imité le DPE et l’ancien préfet de la localité, N’fansoumane Touré, actuellement à Kindia qui avaient fait transférer les leurs pour les besoins du baccalauréat, surtout que Souleymane Kaba donne la priorité à ses activités politiques, au-lieu de s’occuper des problèmes de l’éducation dans la préfecture de Lélouma.

«Il passe tout son temps à raconter des choses comme ça. C’est lui d’ailleurs qui ne s’occupe pas des problèmes de développement de sa circonscription électorale. Sa préoccupation, c’est le DPE. Il ne fait rien en tant que député, maintenant il est en perte de vitesse et puis il se décharge sur le DPE. Il fait souvent des interventions ciblées contre ma personne, au-lieu de s’occuper des problèmes réels. Qu’est-ce qu’il a fait concrètement à Lélouma en tant que député ? Si les gens sont honnêtes, ils peuvent le dire. Chacun a son parti politique, mais, moi, je n’ai jamais mélangé mes activités politiques et mon administration. Ce n’est pas facile que l’homme parle de lui-même. Moi, je suis venu chez eux ici. Quand je prenais services ici, ils savent comment l’éducation se trouvait. C’est peut-être parce qu’il a des problèmes avec son électorat, il cherche maintenant un bouc émissaire. Je m’inscris en faux contre ceux qui disent qu’il n’y a pas d’enseignants à Lélouma. Lorsque j’arrivais ici, Lélouma présentait 50 candidats au baccalauréat. Les réalités sont connues, mais il ne veut pas parler du passé, il veut parler de Souleymane Kaba. Il ne connait même pas le nombre de candidats que sa préfecture présente. Toute sa préoccupation, c’est Souleymane Kaba. C’est tout le problème » a-t-il déploré.

Allant à l’essentiel, le DPE de Lélouma a rappelé que les enfants de la préfecture se jettent sur la méditerranée.

« C’est moi qui vais aller dire aux parents de ne pas envoyer les enfants en Europe, de les laisser ici à cause de moi. En 2016, il y a eu une chute des résultats. Ma fille a fait le bac ici. Ils se sont regroupés pour aller à la préfecture autant de l’actuel préfet de Kindia. Ils ont fait tellement de charge contre nous, pour dire que l’éducation ne marche pas. Que moi, j’ai fait transférer ma fille et le préfet aussi a envoyé sa fille. Mais, ils ont eu la réponse pour eux. Ma fille a échoué devant eux ici en terminale. Les natifs d’ici sortent leurs enfants pour les envoyer ailleurs dès qu’ils obtiennent le BEPC. C’est le cas du fils de l’ancien maire de la commune urbaine, Amadou Ben Jus, qui est allé à Sainte Marie de Conakry. Ils ont envoyé tous les enfants qui étaient les plus intelligents. Pourquoi, moi, je vais empêcher ma fille qui a échoué ici à 18 ans d’aller tenter ailleurs alors qu’elle a ses parents à Kankan et N’Zérékoré? C’est pourquoi je souhaite avoir un débat direct avec les intellectuels d’ici dont le député uninominal » a indiqué l’encadreur de l’éducation.

Ne se reprochant de rien, notre interlocuteur a tenu également à préciser que le député uninominal de Lélouma ne peut pas le démettre de son poste de DPE de Lélouma.

« Il n’a qu’à aller au Ministère demander qui est Souleymane Kaba. Moi, j’apprécie plus l’honorable Mamadou Dian de Diountou et Elhadj Korka qui s’occupent de leur communauté. Qu’est-ce Dr Ibrahima a fait pour cette préfecture ? Il n’a qu’à venir, nous allons organiser un débat sur la situation de l’école. Est-ce que c’est Lélouma seulement qui a un déficit d’enseignants ? Moi, je sais que je fais un effort pour que l’Etat continue à nous envoyer des enseignants. Cependant, j’ai toujours privilégié les lycées Diala et Diountou, parce que c’est la porte de sortie. Aujourd’hui, nous avons en 12ème Année, 9 en Sciences Sociales et 8 en Sciences Mathématiques. Au-lieu de sensibiliser les gens pour que les enfants restent ici, il est en train d’expliquer…. Moi, je souhaite vivement que Alpha m’aide à ce que je puisse trouver un autre lieu, ils vont essayer de voir » a conclu le DPE de Lélouma.

Par aillleurs, Souleymane Kaba fait remarquer que cette sortie médiatique du député uninominal, Dr Ibrahima Diallo fait suite à une Tribune d’un certain Ibrahima Diallo, ressortissant de la préfecture, qui a été publiée il y a quelques jours par Guineematin.com autour de cette situation de l’école guinéenne à Lélouma.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

CAN 2019 : la Guinée accrochée d’entrée par Madagascar

23 juin 2019 à 0 12 19 06196

Entame non rassurante de la Guinée à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019. Le Syli national a été accroché (2-2) par une modeste équipe de Madagascar qui a failli le surprendre, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

C’est pourtant la Guinée qui a fait le meilleur début de ce match. Dès les premières minutes, les poulains de Paul Put ont pris les choses en main et se sont installés dans la moitié de terrain adverse. Le Syli national se procure de la première occasion à la 5ème minute de jeu sur un centre de son capitaine Ibrahima Traoré pas bien repris par un de ses partenaires. La Guinée passe tout près de l’ouverture du score à la 12ème minute de jeu. Après une bonne accélération, Ibrahima Cissé fait une talonnade pour François Kamano qui tente un enroulé mais la balle passe tout près du montant droit du portier malgache.

Les malgaches aussi sortent de leur camp et se mettent à jouer. Les deux équipes se créent, chacune, plusieurs occasions qu’elles ne parviennent pas à concrétiser jusqu’à la 35ème minute de jeu. C’est à ce moment de la rencontre que la Guinée ouvre le score par l’intermédiaire de Sory Kaba. Lancé, à la limite du hors-jeu par Amadou Diawara, l’attaquant de Dijon lobe le gardien, Melvin Adrien, venu à sa rencontre, et se retrouve seul face aux buts vides. Il conclut sans trembler sa belle action et libère les supporters guinéens.

C’est avec cet avantage que le Syli national va à la pause. Au retour, les malgaches se montrent plus ambitieux. Ils créent vite quelques occasions et parviennent à la revenir au score à la 49ème minute grâce à une tête d’Anicet sur corner. 6 minutes plus tard, les Barea passent devant grâce à un but d’Andria, oublié par la défense guinéenne, et qui s’est retrouvé tout seul face à Aly Keïta. Malgré sa sortie, le portier guinéen n’a pas réussi à éviter à son équipe de concéder ce nouveau but qui est venu doucher les Guinéens.

Mené au score, Paul Put décide de lancer son meilleur joueur du moment, Naby Keïta. Le joueur de Liverpool avait été ménagé parce qu’il revient tout juste de blessure. Deux minutes après son entrée, le Syli revient au score (65ème minute). Sur un corner malgache, Ibrahima Traoré récupère le ballon et mène un contre fulgurant. L’attaquant guinéen est fauché dans la surface adverse et l’arbitre siffle pénalty. François Kamano s’élance et trompe le gardien malgache.

Les entrées de deux attaquants : Mohamed Lamine Yattara et Fodé Bangaly Koita n’ont pas permis d’éviter à la Guinée ce partage de points face à une équipe qui dispute son premier match de Coupe d’Afrique des Nations. Le Syli national va devoir rehausser son niveau avant d’affronter le Nigeria le 26 juin prochain au compte de son deuxième match dans cette compétition. Pour l’heure, la Guinée est deuxième de sa poule derrière le Nigeria, leader avec 3 points. Madagascar est troisième avec 1 point et le Burundi ferme la manche avec 0 point.

Abdoul Aziz Sow pour Guineematin.com

Lire