Les contractuels de l’éducation ont organisé un sit-in devant la Direction Préfectorale de l’Education de Labé qui a finalement été transformé en marche pacifique vers le gouvernorat, pour maintenir la pression sur les autorités compétentes en vue de leur intégration sans conditions à la fonction publique (FP), rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Très tôt dans la matinée de ce lundi, 24 juin 2019, les contractuels de l’éducation en service dans la commune urbaine de Labé se sont mobilisés devant la Direction Préfectorale de l’Education (DPE) pour rappeler les revendications des manifestants depuis le début de l’année scolaire 2018-2019 : intégration à la fonction publique et payement des primes d’encouragement accordées aux contractuels de l’éducation par le gouvernement guinéen pendant la période de crise lors de la grève des enseignants déclenchée par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) dirigé par le camarade Aboubacar Soumah.

La particularité de la manifestation de ce lundi porte sur les slogans qui encensent le président Alpha Condé et vilipendent le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA), Mory Sangaré.

« Vive le président Alpha Condé ! A bas le ministre Mory Sangaré ! Mory Sangaré, zéro ! DPE, zéro ! IRE, zéro !»

Jusque-là, tout semblait se faire dans l’ordinaire. Mais, cette fois-ci, les manifestants ont fait planer une autre menace de crise : « sans intégration à la fonction publique, pas d’examens nationaux ! Sans payement des primes d’encouragement des trois mois de la période de crise syndicale, pas d’examen à Labé ! »

Cette menace d’empêcher la tenue des examens nationaux en République de Guinée, rappelle les évènements douloureux de juin 2016. Année à laquelle les autorités du pays avaient décidé d’organiser des examens nationaux sans les enseignants, alors en grève générale.

A l’époque, le refus du gouvernement de dialoguer avec les syndicats des enseignants à l’origine de la grève générale de 2016 avait conduit à des violences entre élèves et forces de l’ordre qui ont fait plusieurs morts et plusieurs blessés dans le pays.

En attendant de savoir ce que le ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) compte faire, les enseignants contractuels de Labé sont déterminés à se battre jusqu’au bout.

« Nous avons contribué à éviter une année blanche en République de Guinée, en donnant les cours au moment où le gouvernement avait réellement besoin de nous. Nous devons contribuer à la validation de ces cours. Aucun sacrifice n’est de trop dans ce combat. Nous sommes prêts à verser notre sang pour que ceux qui survivrons soient rétablis dans leur droit » a prévenu le coordinateur régional des enseignants contractuels de Labé, Alpha Mamadou Cellou Diallo.

Il est à préciser que les manifestants n’ont trouvé aucun interlocuteur à la Direction Préfectorale de l’Education (DPE) de Labé. C’est pour cette raison, qu’ils ont décidé de transformé le sit-in en marche pacifique jusqu’au gouvernorat où ils ont été accueillis par le chef de cabinet, Elhadj Mamadou Sow qui avait à ses côtés le chef de la Section Pédagogie de l’Inspection Régionale de l’Education, Laye Keïta.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Contacts : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com