Depuis plus de deux mois, le maire de la commune urbaine de Siguiri, Koumba Sékou Magassouba, et les 145 anciens locataires des magasins du marché appelé Commissariat Koro, sont à couteaux tirés. Quand le maire a décidé de retirer les places de leurs mains, ces opérateurs économiques ont saisi la justice. Dans ce bras de fer, le préfet a apporté son soutien au maire, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Dans le rapport de force entre Koumba Sékou Magassouba et les 145 plaignants, le préfet de Siguiri a pris position en faveur du maire. En 2008, feu Nanamoudou Magassouba, maire de la commune urbaine à l’époque, avait signé vingt ans de contrat de bail avec 145 commerçants. Alors que les commerçants n’ont pas occupé les lieux pour 5 ans, les nouvelles autorités ont démoli les magasins pour reconstruire 70 autres. Le maire actuel, Koumba Sékou Magassouba, a passé les mêmes places à un nouveau groupe de commerçants. Ce qui a provoqué l’ire des 145 concernés qui n’entendent pas baisser les bras.

Tandis que l’affaire est portée au tribunal de première instance de Siguiri, le préfet colonel Moussa Condé a donné sa position dans un meeting tenu hier dimanche, 23 juin 2019. C’était à l’occasion de la clôture dans la commune urbaine de la tournée qu’il a commencée par les communes rurales relevant de Siguiri.

Dans son discours, Colonel Moussa Condé a dit qu’il y a bien un problème, mais que l’Etat n’a fait que reprendre ce qui lui revient de droit. « J’ai trouvé ici un problème de magasins. Ce que nos frères commerçants n’ont pas compris, quand l’Etat te donne un domaine, il est écrit sur le papier noir sur blanc, quand il aura besoin du domaine, il le reprend.

Lorsque tu signes 20 ans de contrat de bail avec l’Etat et que tu fais 4 ans ou 3 ans, la démolition des magasins est une condition de résiliation du contrat de bail. Vous aviez fait un bail de vingt ans avec l’Etat, vous aviez fait quatre ans ou cinq ans, l’Etat a démoli les magasins, c’est fini. Le contrat prend fin », a martelé le préfet.

Il reste à savoir quelle sera la décision du tribunal dans ce dossier où les 145 commerçants se sont constitués partie civile contre le maire.

A suivre !

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com