Siguiri : manifestation contre la SAG et le préfet

Comme ils l’ont promis récemment, plusieurs anciens travailleurs de la SAG ont manifesté ce dimanche, 30 juin 2019, à Siguiri. Ils ont érigé des barricades sur la route Siguiri-Kintinia, pour exiger le payement de l’argent que leur doit la société aurifère de Guinée et leur engagement au sein de la société. Les manifestants dénoncent également des propos tenus par le préfet de Siguiri au sujet de ce problème, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Selon les manifestants, ils sont 628 travailleurs à avoir participé à la construction de la troisième usine de la SAG à Kintinia, dans la préfecture de Siguiri. Aujourd’hui, cette usine a commencé à fonctionner mais eux ont été mis à la touche et n’ont même pas encore reçu l’entièreté de leur argent pour le travail déjà accompli. Ils ont mené beaucoup de démarches en vue de récupérer leur dû mais en vain. « Nous avons enduré beaucoup de difficultés, mais nous avions pensé qu’après le travail on serait récompensé. On nous a fait toujours croire que les meilleurs travailleurs seraient récompensés. Pendant un an et demi nous avons travaillé.

Ils avaient pris l’engagement que nous serions payés au plus tard le 15 mars avec nos règlements. Mais, quand nous sommes venus, Guinée Labour qui est la société de gestion des ressources humaines n’était pas sur le site, le directeur général de la SAG, monsieur Diaby, s’était impliqué ce jour, Guinée Labour a promis qu’elle va nous payer le 29 mars. Nous sommes venus à cette date, mais nous avons constaté que le mois de mars n’était pas payé, même dans nos règlements ils nous volaient. Et finalement, le directeur de la SAG nous a fait comprendre que ce n’est pas son affaire », a expliqué Mamadou Gackou, porte-parole des manifestants.

En plus du non payement de leur argent, les travailleurs disent avoir constaté l’arrivée massive de Ghanéens qui viennent travailler dans l’usine qu’ils ont eux-mêmes construite. Dénonçant une double injustice à leur égard, ils ont écrit une plateforme revendicative qu’ils ont adressée à la SAG, réclamant le payement de leurs indemnités et leur embauche à l’usine. En réponse, « la SAG a proposé 38 places pour un contrat de trois ans alors que nous sommes 628 personnes. Nous avons vu un manque de volonté de la SAG.

Donc nous avons adressé un courrier au préfet, au maire et au doyen de Siguiri pour leur dire que si la SAG ne prend pas nos revendications au sérieux, nous allons manifester. Le préfet nous répond en disant que sa femme ne travaille pas à la SAG, ni ses enfants et que si nous voulons on peut brûler la SAG, ce n’est pas son affaire. Ce sont ces propos du préfet qui ont énervé les travailleurs », a laissé entendre Mamadou Gackou.

Il a fallu l’intervention des responsables du RPG Arc-en-ciel de Siguiri pour calmer les manifestants. Ils ont promis de s’impliquer pour trouver une solution au problème des travailleurs. Ce qui a amené les protestataires à lever les barricades et à rentrer chez eux.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS