Les conducteurs de moto-taxis ont pris d’assaut les locaux de la mairie et certaines rues de la commune urbaine de N’Zérékoré ce mercredi, 10 juillet 2019, jour de marché. Ce mouvement d’humeur visait à dénoncer ce qu’ils qualifient d’arnaque de la part de l’autorité communale dans la vente des tickets, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Très tôt ce mercredi, les conducteurs de moto-taxis de N’zérékoré ont exprimé leur colère contre l’autorité communale en investissant la mairie et certains carrefours de la ville. Ils sont issus des deux centrales syndicales : l’Union Régionale des Taxi-motos, et l’Union Préfectorale des Syndicats de Taxi-motos. Selon les manifestants, le prix du ticket quotidien a été doublé, passant de 500 à 1000 francs guinéens, soit de 3000 à 6000 francs guinéens par semaine.

Ils étaient très nombreux à assiéger les locaux de la mairie, avec des slogans écrits sur le goudron et certaines sur des pancartes : « Non à 6000 FG et oui à 2000 FG ».

Un des manifestants, interrogé par notre reporter, est revenu sur les difficultés que les taxi-motards de N’Zérékoré rencontrent en ce moment. « Nous sommes là pour manifester, nous ne sommes pas d’accord pour les 6000FG. On veut 2000FG, parce que par jour, on dépense beaucoup. Imaginez, tu loues la moto à 40 000 par jour et tu prends le ticket à 1 000FG, et quand, on te prend sans ton gilet, tu paies 100 000 FG sans discussion. Au niveau des barrages, les gendarmes qui sont là-bas nous demandent de payer le lever de barrage qui coute 10 000 FG, et pourtant c’était 1000 FG avant. Ensuite, les routes de la commune ne sont pas bonnes. C’est pourquoi nous disons, non au ticket de 6000fg et oui à 2000FG. Et, nous avons décidé de manifester pour dénoncer cette situation qui est de trop et de pure arnaque », a lancé notre interlocuteur.

Cette situation n’est pas passée inaperçue aux yeux des autorités locales. Bangaly Bayo, vice maire de la commune urbaine, a exprimé son mécontentement devant la paralysie de la ville suite aux agissements des motards. « C’est un comportement inadmissible. Comment peut-on bloquer la route et faire descendre les passagers sur les motos ce jour mercredi, jour du marché de N’zérékoré ? Vu cette situation qui peut donner une connotation, j’ai décidé de suspendre la négociation avec les syndicats pour faire face à ce qui se passe dans la ville. Et c’est pourquoi, j’ai signé la réquisition pour demander aux services de sécurité de maintenir l’ordre public dans la ville et disperser tout regroupement des taxi-motos dans la commune », a fait savoir monsieur Bayo.

En ce qui concerne la genèse du problème, le vice maire de la commune urbaine a donné sa version des faits. « Depuis que nous avons augmenté les taxes et on a ramené le prix du ticket, qui était de 500 FG, à 1000Fg par jour, soit 6000 FG par semaine comme les autres villes du pays, certains conducteurs de taxi-motos, qui n’ont aucune information sur cette augmentation, se sont mis à crier », a-t-il dit.

Pour l’heure, le calme est revenu dans la ville, la circulation reprend son cours normal.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : (00224) 620 16 68 16/666 89 08 77

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin