Alors que les candidats au Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) marquent une pause ce jeudi, 11 juillet 2019, après trois jours d’évaluation, les révélations de cas de fraude se multiplient. Dans la préfecture de Faranah, ce sont dix (10) enseignants commis à la correction des épreuves du brevet, cinq de la commission Histoire et 5 autres de la commission Rédaction, qui ont été éliminés par un délégué de la coordination des examens nationaux, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La découverte et l’élimination de ces dix (10) fraudeurs a eu lieur hier mercredi. Selon nos informations, ces correcteurs ont violé les textes concernant la double correction. « Les premiers correcteurs mettaient des notes distinctives sur les copies des candidats pour guider les deuxièmes correcteurs dans la notation. Ce qui faisait que les notes du premier correcteur et du second se rapprochaient de trop. Ce qui a été descellé par l’envoyé du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation pendant sa mission de supervision à Faranah », a confié à notre reporter une source proche du dossier.

Joint au téléphone, le délégué de la coordination des examens nationaux pour la région administrative de Faranah, Sayon Camara, a expliqué ce qui s’est passé. « Je suis arrivé ce mercredi matin à Faranah. Après avoir visité quelques centres, où il a été constaté du sérieux, où tout le dispositif était mis en place, conformément aux termes de référence de la mission, on est allé au niveau des commissions de correction et de secrétariat. Arrivé au niveau du secrétariat de correction, il nous a été donné de constater que nos collègues n’ont pas obtempéré aux textes concernant le principe de la double correction. Parce que, le premier correcteur doit tout simplement mettre les notes dans son cahier et il ne doit pas mettre de bic sur le papier. Effectivement, le premier correcteur mettait une note sur la copie afin que le second, dès qu’il voit ça, il mettra un ou deux points, en tout cas il ne communique plus. C’étaient des trucs qui sont cachés dans les traités des candidats. J’ai commencé par regarder les fiches de centralisation pour regarder les notes d’abord. En regardant de près, j’ai vu que les notes se rapprochaient de trop. Donc, je suis allé vers les copies, c’est là où j’ai pu découvrir maintenant cela. Et conformément aux textes, on a tout simplement cherché à les faire remplacer. J’ai demandé à l’inspecteur régional de l’éducation de prendre ses responsabilités », a expliqué monsieur Camara.

Après avoir pris en flagrant délit ces malfaiteurs, Sayon Camara a instruit à l’Inspecteur Régional de l’Education de Faranah à prendre ses dispositions pour les faire remplacer conformément aux textes. Les autorités éducatives ont aussitôt agi pour leur remplacement. Les remplaçants vont venir des préfectures de Dabola, Kissidougou et des sous-préfectures relevant de Faranah.

À noter que l’organisation des examens nationaux de la session 2019 a connu des critiques acerbes. Le choix des surveillants et des correcteurs a fait un grincement de dents partout en ville. A cela s’ajoute le fait que le Directeur Préfectoral de l’Education de Faranah reste hostile à la presse. L’ouverture d’une enquête sur le déroulement des examens nationaux de cette année à Faranah est plus que nécessaire.

Nous y reviendrons !

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tél. : 00224 620 24 15 13 / 660 27 27 07

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin