Il y a aujourd’hui plus d’un mois (le 31 mai 2019), un jeune étudiant a été battu à mort à l’université Hafia de Labé par des agents des forces de l’ordre dépêchés sur les lieux sur réquisitions du Gouverneur, Madifing Diané. La famille du défunt avait alors sollicité et obtenu une autopsie dont le rapport du médecin légiste dévoilera une mort atroce. Et, avant même l’autopsie, les images de la victime relayées sur les réseaux sociaux par certains de ses camarades montreront qu’avec une once d’humanisme des autorités universitaires- qui ne l’ont assisté qu’à la dernière minute- l’étudiant aurait pu être sauvé…

A bien observer ce qui s’est passé, tout a semblé réuni pour tuer ce pauvre garçon, fils d’un enseignant qui a aujourd’hui cumulé une trentaine d’années de labeur. En conférence de presse, le Gouverneur de la région administrative de Labé a tout mis à son compte, expliquant que RIEN n’a été fait dans ce meurtre sans son autorisation : intervention des forces de l’ordre, évacuation du corps du défunt de l’hôpital régional de Labé pour Conakry, refus de passer prendre ou tout au moins d’informer les parents (père et mère du défunt) qui ont passé cette nuit de Ramadan à Dalaba, attendant l’ambulance qu’on disait « transportait le blessé »…

Madifing Diané, Gouverneur de la région administrative de Labé
Madifing Diané, Gouverneur de la région administrative de Labé

Disant avoir tout autorisé et assumant tout, Madifing Diané a visiblement tout fait pour également étouffer les informations autour de ce meurtre. On apprendra plus tard que des étudiants ont perçu l’argent des autorités, visiblement pour tourner la page de ce crime ; et, la plainte des parents a été refusée par le tribunal de Labé. Même une stèle que certains étudiants (qui tiennent à faire perpétuer la mémoire du défunt) ont tenu à ériger à l’université Hafia de Labé a été arrachée avec un silence approbateur des décideurs actuels des lieux…

L’étudiant Amadou Boukariou Baldé, tué le 31 mai 2019 par des agents déployés par Madifing Diané

Sur ses nerfs, déçu de refus des puissants d’aujourd’hui de rendre justice sur ce crime, Abdoul Rahmane Baldé, le jeune frère de Mamadou Mouctar Baldé, le père de l’étudiant tué, a posté sur son mur Facebook son cri de cœur qu’il a intitulé « HONTE à eux », pour ne pas nommer les auteurs et commanditaires du meurtre de feu Amadou Boukariou Baldé qui croient aujourd’hui capables d’empêcher la vérité de jaillir…

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose ce coup de gueule :

Honte à eux !

Vendredi 31/05/2019, Université Hafia Labé : Les dirigeants inconscients de l’institution, incapables de gérer un petit problème interne font appel à leurs parrains qui dépêchent policiers et gendarmes sur les lieux. Ceux-ci ne décevront pas leurs mandataires et les résultats en font foi : UN MORT suite aux coups par objets contondants reçus principalement sur la tête, des blessés et énormément de dégâts matériels. Le gouverneur de la région assume. La famille du défunt prend en charge les frais d’autopsie et de funérailles. AMADOU BOUKARIOU BALDÉ sera inhumé le lundi 03/06/2019 correspondant au 29 du mois Ramadan après la prière de Asr.

Une plainte formulée par les avocats de la famille de Boukariou sera déposée chez le procureur de Labé qui la classe sans suite.

Le gouverneur de Labé, l’une des personnalités visées par la plainte, nargue la famille et dit : « …le père de Boukariou a perdu son fils et maintenant il est en train de perdre sa foi… ».

Un conseil d’étudiants mis en place à l’Université de Hafia Labé recevra du rectorat un montant de huit millions de nos francs en guise de réparation des dommages matériels subis par le fait de l’intervention des forces de l’ordre. Il s’en suivra des détournements dont les coupables seraient certains étudiants et une haute personnalité l’autorité universitaire. C’est ce fait qui impactera sur le symposium qui était prévu le 05/07/2019 à Hafia Labé à la mémoire de Amadou Boukariou BALDÉ. Les empoignades entre étudiants organisateurs obligeront à reporter sine die la cérémonie et une stèle a été érigée la veille dans l’enceinte d de l’Université.

Comme si le meurtre de Boukariou ne suffisait pas, des certains individus ont nuitamment démoli la stèle dans les heures qui ont suivi. De l’aveu de certains étudiants, cette stèle n’était pas du goût des autorités. PEINE PERDUE !

Abdoul Rahmane Baldé, oncle de feu Amadou Boukariou Baldé
Abdoul Rahmane Baldé, oncle paternel de feu Amadou Boukariou Baldé

Si les responsables et leurs complices espèrent, par ces agissements immondes et répugnants, entamer la détermination de la famille de Boukariou, je leurs dirais que c’est mal nous connaître. Nous sommes conscients de nos atouts et de nos faiblesses et nous ne sous-estimons pas le camp d’en face. Nous sommes rassurés par notre foi quoique d’autres puissent en douter.

Nous avons confiance au DIEU de Nouhou (Noé) qui noya les injustes et sauva Nouhou et les pieux dans l’Arche.

Nous avons foi au même DIEU qui sauva Ibrahim (Abraham) du feu de Noumroud.

Nous avons foi au même DIEU qui sauva Mûssa (Moïse) et ses partisans de Pharaon et noya ce dernier et ses armées.

Nous avons foi au même DIEU qui sauva Issa (Jésus) des comploteurs pour confondre ces derniers.

Nous avons foi au même DIEU qui sauva Muhammad de tous ces ennemis et lui donna la victoire éclatante sur eux.

Nous savons que notre Dieu en QUI nous avons foi est omnipotent, nous savons aussi qu’IL accorde du répit aux injustes mais qu’IL les saisira.

En attendant de répondre devant DIEU, on vous contraindra de répondre devant la justice sur terre. Avec un minimum d’honneur ces sieurs auraient tous démissionné pour se mettre à la disposition de la justice. Au lieu de cela ils se cramponnent et peut être font recours aux charlatans et lecteurs de Yassin pour espérer calmer l’affaire ; peine perdue. Nous ne nous arrêterons pas de sitôt pour la mémoire de AMADOU BOUKARIOU BALDÉ et de toutes ces victimes anonymes et connues. MALHEUR À VOUS !

Nous n’avons pas la prétention de pouvoir soulever des montagnes ; mais, nous avons foi à Allahou qui, lorsqu’IL veut d’une chose, dit « soit » et elle est. Et, quel Excellent secours !

Abdourahmane Baldé, oncle paternel de feu Amadou Boukariou Baldé

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin