Guinée : 5 programmes d’enseignement supérieur privé accrédités par l’ANAQ

L’Autorité Nationale d’Assurance Qualité (ANAQ) a procédé à la remise officielle d’attestations d’accréditation aux cinq (5) premiers programmes d’enseignement supérieur de notre pays, sur les 11 programmes pilotes évalués. La cérémonie officielle de remise de ces attestations, à 5 universités privées, a eu lieu dans la soirée de ce vendredi, 12 juillet 2019 à Kipé Dadya, en présence des autorités en charge de l’enseignement supérieur et des universités bénéficiaires, a constaté sur Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le conseil Scientifique, organe d’approbation académique de l’Autorité Nationale d’Assurance Qualité, s’est prononcé sur la qualité de 11 programmes pilotes soumis à l’évaluation au niveau de l’enseignement supérieur et de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. L’examen du mémoire de propositions de l’évaluation des programmes pilotes a abouti à cinq avis favorables pour cinq universités privées. Il s’agit de la Licence Economie de l’Université Nongo de Conakry (UNC) ; Licence Droit de l’Université Koffi Annan de Guinée (UKAG) ; Licence Gestion Commerciale et Financière de l’Université Mercure International (UMI) ; Ingénieur Génie Civil de l’Université Koffi Annan de Guinée (UKAG).

Professeur Kabinet Oularé, secrétaire exécutif de l’ANAQ,
Professeur Kabinet Oularé, secrétaire exécutif de l’ANAQ

Dans son discours, Professeur Kabinet Oularé, secrétaire exécutif de l’ANAQ, a rappelé la mission assignée à cette structure. « Notre mission principale, c’est évaluer la qualité de l’enseignement, de la recherche et de la formation. Les critères figurent dans notre référentiel d’évaluation. Autrement dit, c’est un guide qui indique un certain nombre de normes qu’une institution d’enseignement supérieur doit avoir, une norme normale pour compétir au plan international. Donc, nous avons ces référentiels, et les universités ou les programmes ont été évalués sur la base de ces référentiels et donc, qui nous ont permis d’obtenir ces résultats. Cette évaluation est d’une grande importance. Parce que chacun pense qu’il est le meilleur, chacun indique que mon université ou mon programme est le meilleur ou la meilleure. Mais, évaluer par une instance neutre, indépendante, donc les résultats sont plus crédibles. Donc, l’importance de cette évaluation, c’est de certifier la qualité que les programmes et les universités ont par rapport à leur fonctionnement », a-t-il expliqué.

Professeur Binko Mamady Touré, secrétaire général du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique,
Pr. Binko Mamady Touré, secrétaire général du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

De son côté, Professeur Binko Mamady Touré, secrétaire général du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a dit que cette bataille engagée par son département vise à donner une crédibilité aux programmes qui sont enseignés dans les institutions d’enseignement supérieur. Et selon lui, les résultats de ce programme pilote sont rassurants. « Cette évaluation de 11 programmes, c’était une évaluation pilote. Vous comprendrez par exemple que parmi les 5 programmes accrédités sur les 11, il n’y a pas d’universités publiques. La raison est bien simple, il n’y avait pas de discrimination ; on ne venait pas par obligation. Donc, il n’y a eu que 11 qui ont soumissionné volontairement, compte tenu peut-être du délai et de tout ce qu’il y a comme exigence. Mais, les évaluations prochaines, tout le monde est contrait de venir : les institutions d’enseignement supérieur, public comme privé ; les centre de formation professionnel, public comme privé. A défaut d’être accrédité, la formation va être fermée pour les prochaines années. Toutes nos institutions doivent passer par l’accréditation et chaque année, les résultats vont être publiés pour que les jeunes sachent vers quelle école et quelle filière aller », a dévoilé le Professeur Touré.

Dr Saliou Bella Diallo, président du Conseil d’Administration de l’ANAQ,
Dr Saliou Bella Diallo, président du Conseil d’Administration de l’ANAQ

Abondant dans le même sens, Dr Saliou Bella Diallo, président du Conseil d’Administration de l’ANAQ, a salué la bonne organisation de ce projet-pilote. Selon lui, la qualité de l’enseignement, c’est une partie qui est vitale pour la formation dans tout pays. Et donc, poursuit-il, mettre en place une institution en charge d’évaluer cette qualité est une chose importante. « Nous venons de faire une première étape, c’est l’évaluation de 11 programmes parmi lesquels 5 viennent d’être accrédités. C’est quelque chose d’important. C’est un acte d’information, c’est un acte qui rentre dans le bilan de notre institution. Donc, nous sommes décidés à aller de l’avant pour mériter la confiance que le professeur Alpha Condé a placée en nous, à savoir rehausser le niveau de formation, le niveau d’enseignement et le niveau de recherche au niveau de toutes les institutions de formation de recherche et d’enseignement dans notre pays, aussi bien au niveau public que privé », a précisé Dr Saliou Béla.

A noter que cette évaluation a duré environ 5 mois. L’ANAQ compte organiser la deuxième édition de cette évaluation en octobre prochain. Cette évaluation à grande échelle va connaitre en plus des universités et des institutions d’enseignement techniques, la participation des universités publiques.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS