« J’étais ami sur Facebook avec Mamadou Cellou. On communiquait par message. Il m’a plusieurs fois invitée chez lui, mais je n’y ai jamais été. Je l’ai toujours considéré comme ami sur Facebook. Je ne l’ai jamais vu physiquement, sauf le jour où il m’a violée avec son groupe »

Mamadou Cellou Diallo et Hassimiou Diallo ont comparu à la Cour d’Appel de Conakry, hier vendredi 12 juillet 2019. Les deux jeunes gens ont été condamnés à 5 ans de réclusion criminelle au tribunal criminel de Dixinn pour viol en groupe sur une étudiante. Pour cette audience, c’est le nommé Mamadou Cellou Diallo qui s’est expliqué à la barre, niant systématiquement les faits, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’infraction pour laquelle les deux compagnons d’infortune sont poursuivis aurait été commise en mai 2016 au secteur Camp carrefour, quartier Cosa, dans la commune de Ratoma. Arrêtés et placés sous mandat de dépôt courant mai 2016, les deux présumés auteurs du viol ont été jugés par le tribunal criminel de Dixinn. Là, ils ont été reconnus coupables et condamnés le 9 mai 2017 à cinq (5) ans de réclusion criminelle. N’étant pas d’accord, les avocats des accusés ont aussitôt interjeté appel.

A la barre de la Cour d’Appel, les accusés ont nié en bloc les faits de viol en réunion articulés contre eux. Mamadou Cellou Diallo a laissé entendre que la victime était sa petite et qu’elle était consentante. « Elle est venue me trouver à la boutique de mon ami, Hassimiou. Nous avons eu des relations sexuelles dans la chambre de mon ami. Je lui ai remis 240 000 FG et je l’ai raccompagnée. Quelques jours après, elle est venue avec une plainte en disant qu’elle a été violée. Ce qui n’est pas vrai, elle était consentante », s’est défendu l’accusé.

Des propos balayés d’un revers de main par la victime qui a raconté sa mésaventure. Elle soutient avoir été sérieusement abusé par Mamadou Cellou et son groupe, au point qu’elle a perdu connaissance. « Ce jour, j’ai reçu un appel à 20 heures. J’ai décroché. C’était une voix féminine. Elle m’a dit que ‘’c’est moi Djiwoun Barry qui t’appelle, viens me trouver au carrefour Cosa’’. Je suis venue au carrefour. Mais, je n’ai pas vu Djiwoun Barry, qui est une copine de longue date. J’ai rappelé le numéro et c’est une autre fille que je ne connaissais pas, qui s’appelle Adama, qui est venue me trouver. Elle m’a dit que Djiwoun Barry est sa cousine et qu’elle venait de quitter les lieux. Ensuite, elle m’a dit qu’elle doit me conduire chez Djiwoun Barry à ‘’Camp carrefour’’, car elle a quelque chose à me dire par rapport à mon fiancé. C’est ainsi que, par curiosité, je l’ai suivie. Adama m’a conduit dans une concession où il n’y avait personne. Adama est rentrée dans la maison, puis elle est ressortie en disant que ma copine Djiwoun Barry est en train de prendre un bain. Elle m’a dit de manger, je n’ai pas accepté. Elle m’a suppliée de prendre un Chawarma. Ainsi, elle est sortie pour chercher à manger. Je l’ai suivie dehors. Et, c’est au dehors que j’ai vu Mamadou Cellou sortir brusquement pour me demander ce que je cherchais dans son quartier. Il a commencé à tirer mes cheveux. Il m’a tirée avec force dans la chambre. J’ai crié au secours, mais personne n’est venu. Il m’a déshabillée et il a abusé de moi. Les deux autres, Hassimiou et un autre jeune, sont venus tomber sur moi. J’ai complètement perdu conscience. Ils m’ont fait tout ce qu’ils voulaient », a raconté la victime.

A la question du juge de savoir si elle connaissait ses présumés violeurs, la jeune fille a expliqué comment elle s’est connue avec le nommé Mamadou Cellou. « J’étais ami sur Facebook avec Mamadou Cellou. On communiquait par message. Il m’a plusieurs fois invitée chez lui, mais je n’y ai jamais été. Je l’ai toujours considéré comme ami sur Facebook. Je ne l’ai jamais vu physiquement, sauf le jour où il m’a violée avec son groupe », a-t-elle répondu.

L’avocat des accusés va demander à la plaignante si ce n’était pas risqué de se rendre à 22h chez un garçon. En réponse, la jeune étudiante dira : « moi, j’ai été trahi. Je ne savais pas que je partais chez un garçon. Pour moi, je partais chez ma copine Djiwoun Barry. J’ai été trahie parce que depuis que la nommée Adama est partie pour acheter à manger, je ne l’ai plus revue ».

La Cour a renvoyé le dossier au 26 juillet 2019 pour les plaidoiries et réquisitions des parties au procès.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin