Depuis le début de l’hivernage, certains métiers exercés par des compatriotes connaissent une nette perturbation. C’est le cas de nombreux confectionneurs de briques de Conakry. Rencontrés par un reporter de Guineematin.com, nombre d’entre eux se plaignent des dégâts causés par la pluie et de la faible clientèle qu’elle entraîne.

La confection de briques en ciment est une activité qui permet à de nombreux citoyens de Conakry à joindre les deux bouts. On les retrouve souvent aux abords des routes ou dans certains quartiers de la banlieue de Conakry. Mais, avec cette période de fortes pluies, les activités tournent au ralenti au grand dam des ouvriers.

Diallo Abdoulaye Kèkorô, confectionneur de briques rencontré à Kaporo rails,
Diallo Abdoulaye Kèkorô, confectionneur de briques rencontré à Kaporo rails

C’est le cas de Diallo Abdoulaye Kèkorô, confectionneur de briques rencontré à Kaporo rails, dans la commune de Ratoma. Il gère un chantier de confection de briques de ciment. Ce chantier est aussi convoité par bon nombres de jeunes qui y gagnent leur pain. Selon lui, pendant cette période hivernale, les difficultés sont multiples. « Je confectionne des briques depuis le 02 février 1987. Quand la pluie tombe, nous perdons beaucoup de briques parce que nous n’avons pas de hangar pour les protéger. C’est difficile pour nous. Non seulement nous ne recevons pas assez de clients, mais aussi les populations de Kaporo rails qui étaient là sont parties. Le marché est dur. Et c’est avec cette activité que je gagne un peu d’argent pour m’occuper des dépenses de ma famille. C’est ça mon entreprise, on n’a pas d’autres activités, sauf la fabrication des briques ».

Ibrahima Sory Sylla, confectionneur de briques à quartier Nongo centre

De son côté, Ibrahima Sory Sylla, qui exerce le même métier au quartier Nongo centre, dit avoir été victimes suite aux fortes pluies de ces derniers jours. « Il y a beaucoup de difficultés, par ce que si la pluie tombe, on ne peut pas travailler. Si on travaille parfois et que les briques ne sont pas sèches, la pluie les gâte. Par exemple, la pluie qui est tombée hier nuit, j’ai perdu un bénéfice de 350.000 francs. J’ai travaillé 2 sacs de ciment, mais tout est gâté. C’est parce que nous n’avons pas de hangar pour protéger nos briques », se plaint-il.

Alpha Oumar Bah, confectionneur de briques à Nongo Tady,
Alpha Oumar Bah, confectionneur de briques à Nongo Tady

En plus des difficultés liées à cette activité, Alpha Oumar Bah, confectionneur de briques à Nongo Tady, paye les frais de location du chantier au propriétaire du terrain sur lequel il exerce son métier. « Nous rencontrons assez de difficultés dans cette activité. Non seulement, pendant ce temps de pluie, nos activités ne marchent pas, mais, nous payons aussi les frais du terrain au propriétaire des lieux. Moi, je paye ici 300.000 FG à la fin de chaque mois. Au moins, si les maçons travaillaient, on aurait dit que ça va. Mais, rien ne marche. Il n’y a que des pertes », déplore monsieur Bah.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin