Comme prévu, les jeunes de la commune urbaine de Kankan ont manifesté ce mardi, 16 juillet 2019, contre la représentation locale de l’EDG. Ils sont partis rencontrer les autorités locales pour leur demander de fermer la société parce que celle-ci n’arrive pas à répondre à leurs attentes, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

« Pas de casses à Kankan » ; « Kankan, bon payeur, réclame de l’électricité de 18h à 8h du matin », c’est avec ces slogans que de nombreux jeunes, venus des différents quartiers de la ville de Kankan, ont rallié, tôt ce mardi, le bloc administratif de la préfecture. Ils se sont rassemblés à la maison des jeunes avant de prendre le départ pour la préfecture.

Devant le préfet, Aziz Diop, et les cadres préfectoraux, le porte-parole des jeunes, Lamine Kaba, s’est exprimé en ces termes : « monsieur le Préfet, si vous nous voyez ce matin, c’est parce qu’on avait un pacte, vous nous aviez donné un délai de 15 jours par rapport à la situation de l’EDG. Parce qu’on n’aime pas le comportement de l’EDG. On vous a dit qu’on veut fermer EDG jusqu’à ce que les responsables soient prêts à nous donner du courant régulièrement. Hier, c’était le 15ème jour, on a constaté que c’est seulement une partie de la ville qui a eu le courant, et une autre partie est restée dans le noir. Pourtant, on avait dit qu’on ne va pas casser, mais nous serons satisfaits. Maintenant, ce matin on n’est venu vous dire d’aller fermer l’EDG. Quand ils seront prêts à donner le courant de 18h à 8h du matin et à toute la ville, ils vont rouvrir les portes de l’EDG », a-t-il dit.

En réponse aux manifestants, le préfet de Kankan a d’abord jugé leur mouvement tout à fait légitime. Cependant, Aziz Diop leur a fait comprendre que fermer EDG n’est pas la solution et les exhortés à la patience. « Aujourd’hui, je suis dans le regret parce que c’est moi qui ai dit le 15, j’ai mis la pression sur EDG pour que Kankan ait le courant de 18h à 8h. Vous et moi avons fait les démarches ensemble. Mais, il faut qu’on vous dise la vérité, si on ferme EDG aujourd’hui ne serait-ce que pour une semaine, les moteurs vont tomber en panne, que Dieu nous en garde ! Je ne peux pas vous mentir, j’ai un discours de vérité vis-à-vis de vous. Si vous fermez EDG, vous pénaliserez durablement nos parents. Donc patientez, parce que c’est impossible de donner le courant de 18h à 8h actuellement. La fermeture d’EDG n’est pas du domaine du préfet, je ne peux pas le faire, ce n’est pas mon domaine, il faut que les choses soient très claires », a déclaré Aziz Diop.

Ce discours du premier magistrat de Kankan n’a fait que mettre de l’huile sur le feu. Les manifestants, qui se sont sentis trahis par le préfet, ont quitté la cour de la préfecture très en colère, et en scandant des propos hostiles à Aziz Diop. « Préfet zéro », « A bas le préfet », pouvait-on entendre. Ils ont mis le cap sur le gouvernorat où ils ont tenu le même discours.

Après avoir écouté les manifestants, le gouverneur de la région de Kankan, Mohamed Gharé, a reconnu aussi la légitimité du combat mené par ces jeunes. Il leur a demandé toutefois de le laisser échanger avec le ministre de l’énergie autour de la question. « Ce que je vais vous dire, c’est que vous avez raison de mener ce combat contre EDG. Mais, je vous demande de vous calmer, ne faites pas les choses avec nervosité. J’ai écouté avec attention vos revendications, je vais appeler les ministres Mohamed Diané et Cheick Tabily Sylla et je ferai le compte rendu au président de la République. Encore une fois, vous avez raison mais je vous demande de vous calmer, on va bien réfléchir et trouver une solution », a-t-il dit.

Après cette rencontre avec le gouverneur, les jeunes manifestants sont retournés à la maison des jeunes pour échanger entre eux. Ils ont finalement décidé de repartir rencontrer le gouverneur dans l’après-midi pour lui réitérer leur ferme volonté de fermer les locaux de l’EDG à Kankan jusqu’à ce que la société soit en mesure de répondre à leurs attentes.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : 00 224 627 24 13 24

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin