Touramansi Dioubaté, préfet de Kérouané

Alors que le FNDC, structure mise en place pour barrer la route au projet de nouvelle constitution visant à octroyer un troisième mandat au président Alpha Condé continue d’installer ses bases sur le terrain, certains administrateurs territoriaux tentent aussi de freiner cet élan. C’est le cas du préfet de Kérouané, qui mène une campagne contre les opposants à un troisième mandat dans sa zone de juridiction. En visite ce mardi, 16 juillet 2019, dans la sous-préfecture de Banankoro, Sékou Touramansi Dioubaté a invité les habitants de la localité à chasser toute personne qui ira leur dire de s’opposer au projet de nouvelle constitution, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Touramansi Dioubaté, préfet de Kérouané

C’est en compagnie de son secrétaire chargé des collectivités, Mamady Saran Condé, du directeur préfectoral des impôts, Moriba Camara, et du directeur adjoint des impôts, Kalil Camara, que le préfet de Kérouané s’est rendu à Banankoro. Sékou Touramansi Dioubaté est allé procéder au lancement officiel des travaux de construction de plusieurs infrastructures, financées par l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC). Il s’agit d’une salle polyvalente à Banankoro Centre, un centre de santé à Gbenko, district situé à 5 kilomètres du chef-lieu de la sous-préfecture, et une école de trois classes à Danbadou, localité située à 35 kilomètres de Banankoro Centre.

Touramansi Dioubaté, préfet de Kérouané
Touramansi Dioubaté, préfet de Kérouané

A l’occasion de la cérémonie de pose de première de la salle polyvalente, le préfet, Sékou Touramansi Dioubaté, s’est adressé aux habitants de la localité. Il leur a demandé notamment de chasser tout opposant au controversé projet de nouvelle constitution qui se rendra à Banankoro. « Acceptez-vous et prônez la paix entre vous, car seule dans la paix qu’on peut faire quelques chose. Le président veut instaurer une loi pour le monde, c’est tout le monde qui va bénéficier des avantages de ça. Mais, il y a des gens qui veulent bafouer cela en disant le contraire de ce que veut la nouvelle constitution. Ils viendront vous parler de ceci et de cela, refusez-les, chassez-les, ce sont des ennemis de la nation. Après mon passage d’aujourd’hui, je reviendrai après et on va bien causer », a promis le préfet.

Cette sortie du préfet de Kérouané coïncide avec l’interpellation de plusieurs membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dont les célèbres activistes de la société civile, Oumar Sylla « Foniké Mengué » et Sékou Koundouno, à Conakry.

Moussa Oulen Traoré pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin