Libre Opinion : Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong eut la primeur des hommes à marcher sur la lune, chose qui marquera à jamais l’histoire de l’humanité. Il prononce alors cette phrase restée célèbre « That’s one small step for man, one giant leap for mankind » ce qui peut se traduire par « C’est un petit pas pour l’homme, un bond de géant pour l’humanité. Pour graver de plus leurs noms dans l’histoire, Buzz Aldrin, le second à marcher sur la lune, eut lui l’idée d’être le premier homme à uriner sur la lune. Michael colins était le troisième astronaute qui lui n’a pas posé pied sur la lune, qui est resté dans le module lunaire.

Et l’Amérique, par ce fait, devança à jamais l’ex URSS dans la course à l’espace, car le drapeau des États Unis fut érigé sur la lune pour démontrer sa supériorité et un appel téléphonique fut émis entre le président américain, Richard Nixon, depuis la Maison Blanche, et les astronautes situés sur la lune. Pourtant, le premier homme à effectuer un vol dans l’espace fut Youri Gagarine.

Cet événement sera diffusé en mondovision à travers le monde et à L’époque peu de personnes avaient la télévision. En Afrique, donc, la radio servira de relai, et la voix de l’Amérique sera la radio qui diffusera l’événement sur le continent.

Quid du dernier homme à marcher sur la lune : Harrison Hagan Schmitt, le 11 décembre 1972.

Pendant ce temps où était l’Afrique ?

Mamadou Diallo (Mams Diallo)

La lune occupe une place importante dans la société traditionnelle africaine : c’est autour d’elle qu’on raconte des contes, des légendes, des histoires ; en plus, elle nous sert de lumière naturelle à cause du manque d’électricité. Alors, à l’époque, difficile de convaincre un africain qu’un homme s’est posé sur la Lune qui est située à des centaines de kilomètres.

En 1969, une partie de l’Afrique venait de se libérer du joug colonial, après des années de colonisation. Le blanc étant parti, laissa l’Afrique dans les mains de ses fils. Pendant que les chinois, coréens, singapouriens, malaysiens pensaient à leurs avenirs. L’Afrique se déchirait : coup d’Etat, dictature, famine, guerre tribale, corruption, ethnocentrismes, etc.
50 ans après, les autres pensent à quitter la planète bleue ‘La terre’ pour aller vivre en Mars. Et, nous, on est incapable de nous entendre sur le minimum.

A quand notre décollage pour enfin nous unir et marcher ensemble vers un avenir radieux ?

Mamadou Diallo (Mams Diallo)

Tél. : 624632369

Email : diallomams20@gmail.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin