Quatre mois après la première, la mairie de N’zérékoré a ouvert hier, jeudi 18 juillet 2019, sa deuxième session ordinaire de l’année. Les travaux visent à faire le point de ce qui a été fait au cours des derniers mois et à projeter ce qui doit être fait pendant les mois à venir, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

22 conseillers sur les 39 que compte la mairie de N’zérékoré ont répondu présent à l’ouverture de cette deuxième session du conseil communal. Présidée par le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées à la préfecture, la cérémonie d’ouverture a connu aussi la présence des chefs de quartiers, des représentants des jeunes ainsi que les administrateurs des marchés de la ville.

Moriba Albert Délamou, Maire de N’zérékoré

A cette occasion, le maire de N’zérékoré, Moriba Albert Délamou, a expliqué que « la tenue de cette session 4 mois après la première, s’impose comme une nécessité pour les raisons qui suivent : le respect des textes qui exigent 4 sessions ordinaires des conseils communaux par an, la nécessité d’informer les conseillers et les citoyens sur les activités qui ont été menées au cours des derniers mois ».

Le maire a présenté l’ordre du jour comprenant la présentation du compte administratif partiel ; le remaniement du budget primitif 2019 ; la présentation du niveau d’exécution du PAI sur financement de l’ANAFIC ; et les divers.

Amara KABA, secrétaire chargé des collectivités décentralisées à la préfecture de N’zérékoré,
Amara KABA, secrétaire chargé des collectivités décentralisées à la préfecture de N’zérékoré

En procédant à l’ouverture des travaux, Amara KABA, secrétaire chargé des collectivités décentralisées à la préfecture de N’zérékoré, a invité les conseillers communaux à travailler en toute objectivité. « Une session du conseil communal, selon le code des collectivités locales, est un cadre de concertation à travers laquelle, soit ce sont des prises de décisions, soit ce sont des comptes rendus. Toute chose qui va en droite ligne avec le respect du principe de redevabilité qui incombe à la commune. Je voudrais, au cours de cette rencontre, que vous parveniez à un examen objectif des points qui sont inscrits à l’ordre du jour sans passion, sans esprit partisan, parce qu’un conseiller c’est un agent de développement. Tout ce que vous devez faire, agissez en agent de développement et la réflexion doit porter sur le développement de la commune urbaine », a exhorté ce cadre administratif.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin