Monsieur Kaly Diallo, Fondateur de la Plateforme "Le Réveil"
Monsieur Kaly Diallo, Fondateur de la Plateforme « Le Réveil »

Les Guinéens continuent de se mobiliser et de s’organiser pour tenter de barrer la route au projet de changement constitutionnel prôné par le pouvoir et dont l’objectif serait de permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. La dernière organisation créée à cet effet s’appelle le Réveil. Une plateforme de la société civile qui entend se battre aux côtés de toutes les structures opposées à un troisième mandat en Guinée pour une alternance démocratique en 2020. Kaly Diallo, membre fondateur de ce mouvement, a expliqué à Guineematin.com, le sens du combat du Réveil et ses stratégies pour atteindre ses objectifs.

« Le Réveil est une des plateformes de la société civile qui œuvrent pour la culture de l’alternance démocratique en Guinée et de l’observation de la bonne gouvernance. En Guinée, cela reste une préoccupation. D’autant plus que le premier président, Sékou Touré, est mort au pouvoir ; son successeur, Lansana Conté, également. Il faut aider l’actuel Chef de l’Etat, démocratiquement élu, après 40 ans de combat démocratique, à céder démocratiquement le pouvoir et dans la paix, à travers des élections crédibles et transparentes. Cela, le fera grandir de plus et augmentera la stabilité du pays en renforçant la culture démocratique », a dit Kaly Diallo, membre du programme guinéo allemand sans violence et de la baïonnette intelligente.

Ce défenseur des droits de l’Homme reconnait que la modification de la constitution n’est pas mauvaise en soit. Mais, ajoute-t-il, le moment n’est pas opportun surtout que l’objectif de cette révision est de permettre au président actuel de briguer un troisième mandat. « L’opinion craint la matérialisation des velléités de 3ème mandat. Sinon, il est nécessaire voire impératif de revoir notre Constitution en gardant soigneusement les intangibilités. Ce, dans le seul but d’adapter nos lois à la réalité. Mais avec des velléités de 3ème mandat, l’occasion n’est plus bonne pour toucher à quoi que ce soit dans ce texte. Le prochain président s’en chargera », soutient Kaly Diallo.

Selon lui, le Réveil mènera le combat contre un changement de la constitution actuelle avec ses partenaires sur le terrain. Cela, à travers la formation, la sensibilisation et conscientisation des citoyens. « Nous avons deux partenaires sur le terrain qui couvrent l’ensemble du territoire national. Il s’agit de coalition nationale pour la paix en République de Guinée et la plateforme des jeunes leaders de l’axe pour la démocratie et le développement (PJDD). Nous nous fondons par ailleurs sur la Constitution guinéenne en son article 27 qui énumère les intangibilités dont la durée et le nombre de mandats présidentiels. Ces dispositions ne peuvent faire l’objet de révision. D’ailleurs, nous envisageons d’utiliser des sifflets pour alerter l’opinion et protester contre les dérives démocratiques », a indiqué l’activiste de la non-violence.

Monsieur Kaly Diallo, Fondateur de la Plateforme "Le Réveil"

Kaly Diallo en a profité pour dénoncer la présence de PA (Point d’Appui) de l’armée sur certains axes routiers de Conakry depuis plusieurs mois maintenant. « Nous dénonçons cette façon de gérer le pays. La présence des PA signifie tout simplement qu’il y a une paix négative. La paix ne se construit pas avec la force mais dans et avec le dialogue. Et l’accumulation des frustrations finit toujours par conduire à la violence. C’est une chose à éviter », conseille ce responsable de la baïonnette intelligente.

Notre interlocuteur se dit également préoccupé par la loi autorisant les gendarmes à détenir et à faire usage de leurs armes à feu quand ils pensent que cela est nécessaire. Une loi votée récemment par l’Assemblée nationale et qui inquiète cet opposant à un troisième mandat pour le président Alpha Condé. « Il y a la loi sur le maintien d’ordre qui a votée et elle tarde toujours à être vulgarisée sur le terrain. Comme si cela ne suffisait pas, ils (les députés) votent une autre autorisant la gendarmerie à utiliser les armes de guerre. C’est inadmissible ! Il y a plus de 100 jeunes manifestants qui ont été tués pour un seul procès. Seul le Capitaine Kaly Diallo a été jugé et reconnu coupable de la mort d’un des manifestants.

Et les autres ? Qu’en est-il des agents victimes ? Voilà autant de questions qui méritent de réponse par la justice. Nous, nous pensons, en tant que défenseurs des droits de l’Homme, que l’Etat est responsable de tout le monde. Partout où il y a un crime, une agression ou quoi que ce soit, c’est à l’Etat de faire la lumière et de rétablir la vérité en rendant la justice. Il faut éviter la promotion et la protection de l’impunité dans notre pays qui en a tant souffert », exhorte ce responsable de la plateforme Réveil.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin