Oumar Touré, transitaire de son état et domicilié au quartier Gbessia Cité de l’air, a comparu hier, jeudi 18 juillet 2019, devant le tribunal correctionnel de Mafanco. Il est poursuivi pour un vol d’un montant de 3 millions 600 mille francs guinéens au préjudice de Mamadou Ousmane Sow, juriste de formation et syndicaliste de son état, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les faits se seraient produits dans le quartier Gbessia Cité de l’air dans la cour du chef de quartier, à la veille de la fête de Ramadan passée. A la barre, le prévenu a nié les faits qui lui sont reprochés. Selon Oumar Touré, il a eu une altercation avec le plaignant, mais c’est juste parce qu’il a empêché Mamadou Ousmane Sow de battre sa grande sœur à l’aide d’un pilon. « A la veille de la fête de Ramadan, j’étais dans ma chambre, en train de me préparer. Soudain, j’ai entendu du bruit dans la cour. Après, je suis sorti pour savoir ce qui se passe. C’est ainsi qu’à ma sortie, j’ai vu Mamadou Ousmane Sow se diriger vers ma grande sœur, muni d’un pilon, tout en proférant des injures. Je me suis précipité vers lui, j’ai retiré le pilon. Aussitôt, les voisins sont venus nous séparer », a-t-expliqué devant le juge, Mohamed Lamine Camara.

Des explications balayées d’un revers de la main par le plaignant. Mamadou Ousmane Sow est passé devant le tribunal pour expliquer les circonstances dans lesquelles Oumar Touré aurait enlevé son argent d’une somme de 3 millions 600 mille francs guinéens. « J’étais en train de chercher de logement, le chef de quartier m’a envoyé chez lui dans son salon, il m’a dit de rester là-bas jusqu’à ce que trouve un logement. Entretemps, on m’a montré une maison de deux chambres et un salon quelque part. Ainsi, je me suis mis à chercher l’avance, parce que l’argent que j’avais ne suffisait pas pour l’avance demandée.

Oumar Touré et sa grande sœur sont des parents au chef de quartier, il loge avec sa grande sœur dans la cour où j’ai envoyé mes bagages. La porte du salon où se trouvent mes bagages fait face directement au portail de la cour. Maintenant au moment où je comptais l’argent pour l’avance, j’étais arrêté à la porte du salon. Au même moment, Oumar Touré est venu de dehors. En entrant maintenant, il m’a aperçu en train de compter l’argent à la porte du salon qui fait face au portail. Ainsi, dès que j’ai compris qu’il m’a vu avec l’argent, j’ai reculé dans le salon. Quelque temps après, sa sœur est qui est problématique, elle est connue de tout le monde dans le quartier, est venue me trouver en train de compter l’argent.

Elle m’a demandé qu’est-ce que je fais avec cet argent, j’ai dit que c’est l’avance pour une maison de deux chambres et un salon que j’ai trouvée quelque part. Immédiatement elle s’est mise à m’insulter, moi aussi je l’ai insultée. Puis, elle s’est jetée sur moi et on s’est mis à se bagarrer. C’est en ce moment qu’Oumar Touré est venu tirer l’argent que je comptais et qui était dans un plastique, il s’est enfui. J’ai crié, mais trois d’entre eux m’ont retenu et m’ont empêché de le poursuive. Après ça, c’est le lendemain que moi je l’ai vu là-bas. J’ai porté plainte contre lui et ses parents chez le chef de quartier d’abord puis à la police », a fait savoir le plaignant.

Mais, ces explications n’ont pas convaincu le ministère public. C’est pourquoi, dans ses réquisitions, le procureur Ibrahima Sory Touré, a demandé au juge de renvoyer le prévenu des fins de poursuite pour délit non constitué. « Monsieur le président, les deux parties se sont expliquées devant vous ici. Monsieur Mamadou Ousmane Sow accuse monsieur Oumar Touré de lui avoir volé de l’argent dans sa poche dans une bagarre. Mais monsieur le président, de l’enquête préliminaire à l’enquête définitive, nulle part on n’a fait mention d’un témoin.

Et, dans ces explications, tantôt il dit que c’est Oumar Touré qui a vu l’argent avec lui, tantôt il dit que c’est la cousine du chef de quartier. Monsieur le président, monsieur Ousmane Sow a donné ses explications ici, mais il n’a pas apporté des preuves du vol pour lequel il poursuit ici monsieur Oumar Touré. Donc en matière de loi, nous ministère public, en pareilles circonstances, nous ne pouvons pas considérer ces faits qui n’ont pas de preuves comme faits réels. Monsieur le président, je vous demande de renvoyer le prévenu des fins de poursuite pour délit non constitué », a requis procureur.

Une demande appuyée par maître Sékou Amadou Sylla, l’avocat de la défense. « Monsieur le président, je suis très content de la demande du ministère public. Mon client n’est coupable de rien dans cette affaire. Je vous demande, monsieur le président, de renvoyer mon client pour délit non constitué », a plaidé l’avocat de la défense.

Finalement, l’affaire a été renvoyée à huitaine pour la délibération.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin