Oumar Sylla (alias Foniké Mengué) et Sékou Koundouno
Oumar Sylla (alias Foniké Mengué) et Sékou Koundouno

Comme on le sait, l’arrestation de Foniké Mengué a révélé une tristesse réalité dans les rangs des forces de l’ordre : le vol des objets saisis ! Malheureusement, ne voulant pas durer avec ses geôliers, plusieurs de nos compatriotes qui sont souvent victimes se contentent de leur liberté et des petites confidences aux proches, laissant « à Dieu » ce qui leur a été volé…

Mais, cela ne semble pas être le cas de monsieur Oumar Sylla, alias Foniké Mengué, un des responsables du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), qui demande au président Alpha Condé de respecter la Constitution guinéenne et de ne pas mettre le pays dans l’instabilité.

Interpellé par des policiers de la BRI, en tenue civile, le 16 juillet aux environs de 14 heures 15’, le défenseur de la Constitution a été conduit à la DPJ pour un interrogatoire qui se prolongera des heures. Et, l’arrivée d’une meute de soutiens surtout issus du front ne facilitera pas forcément la tâche. Un de ses camarades de lutte le retrouvera dans les bureaux ; mais, pas pour l’assister, parce que lui aussi venait d’être arrêté pour les mêmes motifs : le port d’un t-shirt qui réclame le respect de la Constitution ! Ce qui est présenté comme un crime sous le mandat finissant du premier président démocratiquement élu de la République de Guinée, qui tient désormais à se maintenir au pouvoir contre les principes démocratiques…

Après plusieurs heures d’interrogatoire, Oumar Sylla et Sékou Koundouno seront finalement autorisés à rentrer dormir chez eux, avec l’assurance de revenir le lendemain dans les mêmes bureaux de la DPJ. Heureusement pour eux, le mercredi 17 juillet 2019, ils apprendront des « enquêteurs » qu’au bout de la « procédure », RIEN n’a été trouvé pour justifier une quelconque poursuite de leur détention. Ils seront donc libérés.

Seulement, leurs biens seront encore « gardés » par les agents de la police du professeur Alpha Condé ! Mais, « c’est du vol », estiment les défenseurs de la Constitution qui se tournent de nouveau vers leurs avocats pour exiger de la police la restitution des biens saisis…

Audible à cette sollicitation, maître Salifou Béavogui, un des avocats du front national pour la défense de la Constitution a écrit le procureur le même jour…

Dossier à suivre sur Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin