Le Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) s’est montré indigné suite à l’arrestation de Sékou Koundouno et Oumar Sylla « Foniké Mengué », deux hauts responsables du FNDC, cette semaine à Conakry. Au cours de son assemblée générale de ce samedi, 20 juillet 2019, le PADES a dénoncé une tentative d’intimider les opposants à un troisième mandat pour le président Alpha Condé et invité ses militants à la résistance, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Mohamed Kaba

C’est par une minute de silence à la mémoire de l’artiste, Kerfalla Kanté, décédé dans la nuit du jeudi au vendredi, 19 juillet 2019, que Mohamed Kaba, coordinateur des Affaires administratives du PADES, a ouvert cette assemblée générale hebdomadaire. « Au nom du président du PADES, Dr Ousmane Kaba, et au nom de tous les militants du parti, nous adressons nos sincères condoléances à la famille éplorée. Nous savons que c’est un artiste qui s’est beaucoup battu pour la culture guinéenne », a-t-il dit.

Abordant l’actualité sociopolitique du pays, l’opposant s’est insurgé contre l’arrestation, cette semaine, de plusieurs membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), dont deux leaders de la protestation contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé : Oumar Sylla « Foniké Mengué » et Sékou Koundouno. « Ces opposants arrêtés ont été certes relâchés, mais c’est important de revenir sur le fait.

Parce que c’est une nouvelle stratégie utilisée par le pouvoir pour intimider les opposants au 3ème mandat. Ils ont tout essayé : ils distribué de l’argent public partout, ils ont forcé la population à sortir, mais vous avez vu le résultat. Partout où ils sont passés, la population a boudé. Même à Kankan qui est considéré comme étant le fief du pouvoir, les gens ont refusé de s’associer à un projet qui est contre la démocratie en République de Guinée.

Alors qu’est-ce qu’ils ont décidé de faire ? C’est d’intimider les opposants au 3ème mandat. Si vous voyez vraiment le motif qui a soutenu l’interpellation de ces membres du FNDC, c’est vraiment ridicule. Pour des questions de T-shirts, on arrête des citoyens, on les prive de leur liberté, on les emprisonne parce que simplement ils ont porté des T-shirts du FNDC ou ils ont fait confectionner des T-shirts du FNDC. Vous voyez là où on est en train de venir ?

Ça veut dire deux choses : le pouvoir a compris que les populations ne sont pas avec lui, mais il a aussi compris qu’il y a la panique chez lui. Le pouvoir est en train de paniquer. Moi, je pense que c’est la meilleure lecture qu’on puisse faire de ces actes. Parce qu’arrêter quelqu’un pour une question de T-shirts est un chose qu’on ne peut pas comprendre dans un pays de droit », a dit Mohamed Kaba.

Mohamed Kaba

Face à cette situation, le responsable du PADES appelle les militants de son parti à résister pour barrer la route au projet de troisième mandat. « Je voudrais interpeller, les militants du PADES qui sont engagés dans la cause du FNDC à se battre dans ce sens. Parce que vous avez vu ce qui se passe sur le terrain. Nous ne devons pas nous laisser intimider, nous ne devons avoir peur de cette façon de faire. Nous avons la loi avec nous. C’est nous qui avons la loi de notre côté parce que nous, nous respectons la constitution de notre pays. Ceux qui violent la constitution du pays sont encouragés, sont accompagnés et même sont gratifiés par notre argent public.

Ça, il faut savoir que ça va se juger. Aucun pouvoir ne reste éternellement. Le pouvoir c’est la rotation. Et cette rotation-là, elle va se faire. C’est pourquoi, je voudrais revenir dessus pour dire vraiment que devons rester dans ce cap. Nous devons nous battre, nous devons faire en sorte que les idéaux de démocratie que nous sommes en train de prôner pour notre pays, que personne ne nous décourage et nous désoriente dans cet élan-là », a lancé l’opposant.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel : (00224) 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin