Le RPG Arc-en-ciel continue de dérouler lentement mais sûrement son agenda relatif au contesté projet de nouvelle Constitution destiné à maintenir le président Alpha Condé au pouvoir au-delà de 2020. L’assemblée générale de ce samedi, 20 juillet 2019, a essentiellement tourné autour d’une récente mission de mobilisation à Kérouané en faveur d’une nouvelle Constitution. Le parti en a profité pour féliciter le gouvernement pour les projets lancés à l’intérieur du pays dans le cadre de la mise en œuvre de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC), a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

S’exprimant en langue nationale Maninka, la présidente de séance, Hadja Djènè Saran Camara, a commencé par féliciter le bureau politique du RPG pour avoir transporté le débat sur la nouvelle Constitution des cafés aux réunions. La députée a tenté de justifier le bien-fondé d’une nouvelle Constitution, faisant notamment référence aux accords de Ouagadougou, signés entre la junte militaire au pouvoir en Guinée et les Forces Vives.

Hadja Djéné Saran Camara
Hadja Djéné Saran Camara

Selon Hadja Djènè Saran Camara, « le bureau politique a demandé récemment au chef de l’Etat d’accepter de proposer au peuple de Guinée une nouvelle Constitution. Je rappelle cela parce que certains parlent d’une révision de la constitution, d’autres d’un troisième mandat. Non, il ne s’agit pas de tout cela. Il s’agit d’une nouvelle Constitution, les gens doivent le comprendre. Vous savez avant l’arrivée du président de la République au pouvoir, les acteurs politiques de tout bord s’étaient rendu au Burkina-Faso et avaient signé un accord, qu’on a appelé Accords de Ouaga. Cet accord prévoyait la tenue d’un référendum en vue de proposer une nouvelle constitution une fois les élections terminées et toutes les institutions mises en place. Donc, aujourd’hui, pourquoi après la mise en place des institutions, certains parmi ceux qui étaient à Ouagadougou s’opposent à ce projet de nouvelle constitution ? Donc, pour être brève, à la suite de la déclaration lue au siège du RPG arc-en-ciel ici, demandant au chef de l’Etat de proposer une nouvelle constitution, nous les cadres du RPG, chacun est allé dans sa préfecture pour sensibiliser les populations sur la nécessité de doter la Guinée d’une nouvelle constitution. Mais, j’avoue que à Kérouané, les populations sont favorables à ce projet de nouvelle constitution, la forte mobilisation en fait foi. Kérouané a dit qu’ils étaient avec le président de la République hier, ils sont avec lui aujourd’hui et seront avec lui demain », soutient la députée.

ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Alpha Ibrahima Kéira,
ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Alpha Ibrahima Kéira

Pour sa part, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Alpha Ibrahima Kéira, a salué la mise en œuvre de l’ANFIC au bénéfice des communautés. « Depuis que la Guinée est indépendante, la justesse de la démarche politique du président de la République, qui s’est traduite par la mise en place de l’ANAFIC, s’est traduite par un engouement et une satisfaction des populations à la base. Nous venons de l’intérieur du pays dans le cadre d’une mission gouvernementale de sensibilisation et d’information et surtout de partage des grands chantiers qui ont été réalisés par la gouvernance de notre champion, de votre champion, je veux dire le président Alpha Condé.(…) Nous avons jaugé le niveau d’appréciation que les populations à la base ont pour le président de la République. Et, nous nous sommes rendu compte que tout bavardage, c’est à Conakry ici, d’ailleurs c’est dans la presse ici. Ce n’est pas dans la famille, c’est dans la presse. Que la presse m’excuse, mais tout le bavardage, c’est dans la presse. Parce que ce que nous avons vu et entendu le message qui nous a été parvenu par les populations à Faranah, à Dabola, à Siguiri et ailleurs, c’est un message de satisfaction des œuvres gigantesques de monsieur le président de la République. Un message qui encourage et qui donne l’espoir aux jeunes. Parce que la mise en place de ce vaste programme pour les 335 communes rurales et urbaines par le président de la République, qui a décidé de réorienter 15% des recettes minières versées à l’Etat guinéen au développement de nos communautés villageoises et urbaines, cette démarche a été accueillie avec enthousiasme et ça a donné de l’espoir aux jeunes et aux sages », se vante monsieur Kéira.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin